Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Junichirō Tanizaki

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Junichirō Tanizaki   18/9/2009, 07:38

Junichirō Tanizaki est un écrivain japonais né le 24 juillet 1886 et mort le 30 juillet 1965 à Tōkyō, au Japon.

Son œuvre révèle une sensibilité frémissante aux passions propres à la nature humaine et une curiosité illimitée des styles et des expressions littéraires.




Quelle est l’originalité de la tonalité de l’œuvre de Tanizaki ? Il accorde une importance primordiale au respect de la nature humaine et à sa représentation vraisemblable. À travers sa singulière sensibilité, il découvre dans la nature humaine des choses troublantes. Il les regarde avec étonnement ou émerveillement, sans les juger. Il se trouve au degré zéro du moraliste contrairement à ses contemporains fortement influencés par le confucianisme moralisateur.


Le monde tanizakien tourne autour de deux pôles : séduction et menace de mort. Le démon bouddhique, Māra, terme qui signifie étymologiquement « celui qui tue » est accompagné d’une légion de démons comme Désir, Haine, Faim et Soif, Attachement, Paresse, Sommeil, Peur et Suspicion. Tous ces vices apparaîtront dans l’œuvre de Tanizaki non pas comme des manifestations diaboliques mais comme des éléments de la nature humaine. On remarquera trois techniques dans la construction de cet univers. En premier lieu, l’auteur isole un élément particulier sur un plan matériel ou psychologique. Ensuite, il lui donne une importance démesurée. Séparé de l’ensemble et grossi exagérément, cet élément sort du système de valeurs ordinaires et prend enfin une signification insoupçonnée.

(Source wiki)
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Junichirō Tanizaki   18/9/2009, 07:54

Il a écrit de nombreux romans et pour ma part, j'en ai lu quelques uns dont un qui m'a particulièrement plu. D'autres sont en attente, courts romans pour de longs voyages.

Le coupeur de roseaux
- Junichirô Tanizaki



Lors d’une promenade autour d’un ancien palais impérial, le sanctuaire de Minase, le narrateur rencontre un homme étrange. Est-ce un fantôme, un esprit qui hante les lieux ? Celui-ci lui offre du saké et lui raconte l’histoire de la belle O-Yû, perverse et inaccessible ...


Un court roman inspiré d’un ancien conte, que l’on aimerait lire pour le coup.
Il se lit d’une traite, j’ai eu du mal à accrocher au départ, l’auteur donne beaucoup de précisions géographiques et sans connaissance particulière du Japon et sans Atlas, on s’y perd un peu.

Yamazaki est situé dans la province de Yamashiro, dans le district d’Otokuni, tandis que les vestiges du palais de Minase se trouvent dans la province de Settsu, dans le district de Mishima. Lorsqu’on vient d’Ôsaka, il faut donc descendre à la garde d’ö-Yamazaki de la ligne Shin-Keihan ..............


Mais il faut passer les 20 premières pages, qui ne sont pas toutes comme cet extrait quand même !
Il nous emmène pour une promenade sympathique, le soir de la pleine lune du huitième mois*, certaines descriptions sont très imagées. Ce qu’il voit lui évoque des textes, des poésies qui ponctuent le début du récit.

Ensuite vient la rencontre avec un homme et celui-ci va lui conter une histoire d’amour peu ordinaire ou le poids de la tradition oblige les protagonistes à vivre de manière détournée, ce qui entraîne toute une série d’événements et d’intimité pour le moins peu banal.

On se laisse emporter dans cette histoire et j’ai aimé la façon dont l’auteur bascule de la narration à l’histoire contée.

Roman adapté au cinéma par Kenji Mizoguchi sous le titre O-Yu Sama.
-----------

* La nuit du 15 du huitième mois dans le calendrier lunaire correspondait à la fête de la lune, qu'on honorait par des offrandes de gâteaux de riz et de tiges de suzuki. Des veillées étaient organisées au cours desquelles on buvait du saké, composait des poèmes ou faisait de la musique, tout en contemplant la pleine lune.
Revenir en haut Aller en bas
 
Junichirō Tanizaki
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: Ivre de livres :: La Bibliothèque :: Japon-
Sauter vers: