Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Charles Bukowski

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Charles Bukowski   18/9/2009, 18:12



Hank : la vie de Charles Bukowski ~ Neeli Cherkovski - Editions Grasset


Enfant délaissé, adolescent paria, adulte marginal, voici Charles Bukowski (Hank pour les intimes) tel qu'en sa splendeur, raconté par un ami de longue date.
A la quarantaine, il s'évade d'un quotidien médiocre, écrivant et buvant ; ses textes circulent dans les milieux littéraires d'avant-garde. Puis se succèdent les liaisons orageuses, l'alcool encore, et la notoriété, mondiale cette fois avec {le Postier} et plus encore le film {Barfly}.
Le biographe de Bukowski, écrivain lui-même, nous montre comment en soixante-dix ans d'existence le grand Hank est devenu le poète rebelle qui grogne : 'J'aime l'anarchie des cités, la crasse, l'air vicié, le danger de la rue. Ce qui me plaît à moi, c'est les klaxons qui gueulent et les trottoirs sales'..


Je l'ai lu après avoir déjà lu beaucoup de livres de Bukowski, j'ai aimé ce livre, il parle de Hank avec beaucoup de chaleur.
J'ai trouvé que c'était un excellent bouquin, je ne sais pas si on le trouve encore, ... je vous parle d'un temps que les moins de ...
Et moi je voudrais revoir Barfly ! Ce n'est pas l'heure non mais ce n'est pas grave. Il n'y a pas d'heure pour voir ou revoir Barfly.
Je vais peut-être patienter et aller voir un livre que je n'ai pas lu, il y en a et puis ses poèmes.

sage
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Charles Bukowski   18/9/2009, 18:43

"A Douglas Blazek 15(?) août 1965


...
Et maintenant fiston, que pouvons nous faire? établir des listes pour l'aide sociale? avoir recours aux lames de rasoir ensanglantées? se mettre à écouter Eartha Kitt, cette voix là, à travers une radio qui grésille ? faire confiance à un président du jury qui te toise comme un Dieu taillé dans le bois et le verre, donnant l'illusion de savoir mais qui ne sait rien de rien? Et nous, pauvres enculés que nous sommes? Toi et moi ? On s'est tournés vers les immortels et les immortels nous ont laissé une croute chaude sur les bras, l'odeur de la merde en plus. Quel gentil jeu de cinglé! truandés sur toute la ligne! c'est comme ça que les poètes les plus connus de notre époque apparaissent dans les pages de soie blanche du New Yorker. Tu lis leurs poèmes, tu les relis encore et encore mais ils disent RIEN.
sinon qu'ils sont sympa et gentils. eyow hii oui ! La façon dont ils travaillent leurs phrases demande de l'entraînement et une certaine culture... Ca n'est pas à la portée de n'importe qui : un mot de travers et tu passes pour Brutus poignardant César!

Laisse-moi te composer un poème façon New Yorker (comme je suis bourré il se peut que je foire). Enfin, allons-y:
des effusions en masse obscurcissent mon esprit-
Clymentia, où es-tu?-
avec le chevrier d'argent
ou vides-tu le verre de mon
être?
fais bruire, fais bruire la queue de
l'Arche d'alliance qui par Dieu vit encore, vit encore
pour l'amour de Dieu, je t'en supplie Clymentia,
voilà les garçons des ténèbres apparaissent sur la colline
dans des blindés de feu
prêts à anéantir les splendides
tasses à thé de
la Géorgie jusqu'à Abeline.

Et ainsi de suite... Ils considèrent que ça c'est de la poésie parce que c'est mignon, mais c'est un jeu de con. Ils nous croient incapables d'écrire ce genre de poèmes. Nous le pourrions, mais nous refusons tout simplement d'en écrire, nous refusons tout simplement de continuer à alimenter une ère depuis longtemps révolue qui pue comme un vieux container à ordures, nous le refusons parce qu'il faudrait que quelqu'un succède à Pound et à Eliot. Et c'est dommage mais Ginsberg, Corso et toute la bande ont été entraînés dans ce jeu qui consiste à offrir ses entrailles aux approbations de la foule, et il en sont morts et ils savent qu'ils sont morts, ils ont bondi sur l'occasion de se faire applaudir par une foule de monstres à moitié bourrés, ils ont bien trop longtemps taquiné le bouchon. Tiens un poème de Corso me revient: "I hate Old Postmen!" Ca sonne bien, mais je parie que Corso arrêtera d'écrire lorsqu'il aura atteint les 45 ans. Mais bon, comme je serai mort ça n'a aucune importance.
Ginsberg et toute la clique de Corso (et ils écrivent pourtant bien) mourront parce qu'ils ne sont pas capables de résister à cette sensation d'être pour toujours célèbres et écoutés là TOUT DE SUITE devant un parterre de 20, 18 ou 45 personnes.
Ils sont faibles, ils n'ont pas de TRIPES. J'ai appris dans les bars du monde entier où se trouvaient les hommes, les vrais. Ceux qui passaient leur temps à parler à tort et à travers c'était les plus nuls au combat. Au contraire, celui qui a l'air serein, je peux te dire que c'est une autre affaire! Je ne veux pas parler comme Hemingway, mais les cicatrices de mon visage ne sont pas uniquement dues à la maladie. Moi aussi, je me suis pris quelques dérouillées.

Je sais que je suis plutôt laid, mais j'ai également appris qu'il existait d'autres types de laideur et que le trempes que je me suis prises dans les arrières-cours ne m'ont pas diminué pour autant.

Bordel Blaz je suis vraiment DÉSOLÉ mais je ne peux rien pour toi en ce qui concerne Blatt. Merde à la poésie. La poésie me fait vomir. et les bagarres c'est plus mon truc, j'ai bouffé du Hemingway pour 300 ans. Marre de ces histoires de types qui se défoncent la gueule sur la pelouse et pissent le sang! On devrait plutôt renvoyer Jonhson à coups de latte dans son Texas natal pour nous avoir tous assassinés, pour avoir voulu être l'ombre de Frankie D. C'est quoi ce numéro de cirque, hein ? Tu peux me le dire?
Et après ça on ouvre le New Yorker et on tombe sur un type de la bande à Dickey (qui lui connait la musique).
Tu as raison, je suis de plus en plus bourré et ce que je dis à de moins en moins de sens.
Je crois que je ferais de m'arrêter net et de m'écrouler sur les touches de ma machine à écrire.
LES RUISSEAUX SONT TROP LARGES POUR QU'ON PUISSE LES FRANCHIR D'UN SEUL BOND. bonne nuit ma poule."

C. Bukowski.

Source par ici !
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Charles Bukowski   18/9/2009, 18:46

Un site .. mais en anglais


Un chat qui gratte ses puces ?


Revenir en haut Aller en bas
El Viajero

avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: Charles Bukowski   9/10/2009, 11:17

Utopie a écrit:
Ca me fait penser que j'aimerais bien lire des poésies de Bukowski
Je te conseille "L'AMOUR EST UN CHIEN DE L'ENFER" en 2 tomes aux Cahiers Rouges de chez Grasset.
relax
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Charles Bukowski   10/10/2009, 03:54

El Viajero a écrit:

Je te conseille "L'AMOUR EST UN CHIEN DE L'ENFER" en 2 tomes aux Cahiers Rouges de chez Grasset.
relax
Merci El Viajero mais ils sont épuisés, et parfois en occasion à des prix prohibitifs enfin aux éditions Le Sagittaire.

Pour l'édition chez Grasset, je vois ce bouquin :



Si tu l'as feuilleté ou lu, peux-tu me dire si la typographie n'est pas petite ? et si c'est de ce bouquin que tu parles car je ne vois pas le titre mais c'est peut-être dedans.
Revenir en haut Aller en bas
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Charles Bukowski   10/10/2009, 04:28

ces deux jeunes
dans l'impasse en face de chez moi
ils passent Bob Dylan
jour et nuit
sur leur stéréo

ils montent le son de leur stéréo
au maximum
et c'est une très bonne
stéréo

tout le voisinage
entend Bob Dylan
gratuitement

et c’est moi qui l’entends le plus
gratuitement de tous
parce que j'habite dans l’impasse
juste en face de chez eux

j'entends Dylan quand je chie
j'entends Dylan quand je baise
et même quand j’essaie de m’endormir

quelquefois je les vois
dehors sur le trottoir
très jeunes bien soignés
quand ils sortent pour aller s’acheter
de la bouffe
et du papier hygiénique

ils forment un des couples
les plus charmants
du voisinage.


Bob Dylan de Charles Bukowski
Trouvaille et Traduction : Lucien Suel
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Charles Bukowski   

Revenir en haut Aller en bas
 
Charles Bukowski
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Pseudonymes
» Retour de chez RF Charles
» Charles Mouton
» Charles Gounod (1818-1893)
» Charles Valentin Alkan

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: Ivre de livres :: La Bibliothèque :: US - Canada-
Sauter vers: