Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Le Grand Wazoo

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
Fido
Fils des Mothers


Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   13/4/2010, 23:56

La guitare de Lilo Solo joue dans l'esprit Zappa. Faut absolument écouter l'original dans Shut Up'n Play Yer Guitar, Guitar ou TransFusion...
Mais à défaut d'écouter quoi que ce soit, on peut déjà se régaler des pochettes ICI
ainsi qu'une foultitude d'informations pour qui clique sur une pochette...
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   15/4/2010, 17:23

J'ai été voir, ce qui est sympa et étonnant, c'est qu'il y a les paroles...

Merci pour ce lien.
Revenir en haut Aller en bas
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 44
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   4/6/2010, 14:30

Contrairement à certains, je ne maîtrise pas du tout l’univers du grand Zappa. Occasionnellement, un album passe par ci, par là. J’écoute un peu plus avec attention, maintenant ; je pèse mes mots, je ne rivaliserai jamais avec Fido, âme spirituelle des Mothers Of Invention, mais il est grand temps que je me mette à partager mon expérience sur ce sujet. Après tout, c’est aussi à ça que sert un forum…

Un petit tour sur Wikipedia m’apprendra que cet album est sorti le 10 octobre 1969, et qu’il est le second album solo de Frank. « Hot Rats » : un album qui fusionne les genres et déchaînent les passions. Le meilleur ? Certainement, ou du moins se rapprochant du Saint Graal. Fido, ne me contrarie pas, je n’en écoute pas encore tant que ça ; La musique oscille entre le rock et le jazz, section rythmique d’enfer et sax’ tonitruant.

6 titres : près de 40 minutes de bonheur dont 17 où on atteint la jubilation orgasmique. Le mot n’est pas galvaudé, il définit parfaitement cette réalité musicale qui m’assaille à l’écoute de ce seul 5ème titre : « The Gumbo Variations ». Les sommets de l’extase sont franchis sans difficulté majeure, le plaisir ne redescend plus ; je flotte dans le nirvana, ce monde imaginaire que je me suis créé à chaque écoute du « Echoes » de Pink Floyd, du « Dazed and Confused » de Led Zeppelin, du « Child in Time » de Deep Purple, du « Supper’s Ready » de Genesis.

Éteignez portables, télévisions et four. Fermez portes et volets. Couchez gosses et femmes (ou maris). Tranquillement, une souris à la main, un Chardonnay dans l’autre, cliquez sur « The Gumbo Variations » et fermez les yeux…



Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   23/7/2010, 03:17

Petit divertissement rigolo là:
http://www.youtube.com/watch?v=3jinq3OSKo4
Sur une belle pièce: Blessed Relief
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   23/7/2010, 06:43

Ah oui sympa et j'aime bien la pièce choisie.

Il y a quelques temps j'étais tombée sur ce site : http://lesfilsdelinvention.net/

Mais tu dois connaître !
Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   28/8/2010, 07:11

Parfois on tombe sur ce genre de pochette dans la discographie pléthorique de Zappa et même certains s'amusent à vous faire deviner son origine en prenant bien soin de cacher les infos...


Il s'agit donc d'un Bootleg (pirate) dont certaines pièces sont écoutables sur le Zappa/Beefheath Bongo Fury.
Pour les puristes:

This is a recording of a radio show on KWST radio, 1-Nov-1975, where Zappa and Beefheart played oldies and oddities. (There is a completely unsubstantiated rumour that this radio show was actually a broadcast of a Warner Brothers promo record with these songs on it, which has never been found, and never been confirmed to have existed.)

Tracks 1, 3, 5, 10-12, 15, 19 & 20 have been officially released on Bongo Fury, The Lost Episodes, Mystery Disc and Captain Beefheart's Trout Mask Replica. As for the other tracks:

* Track 2 was performed live in the studio; the Captain sings the song to a simple guitar backing
* Track 4 is a very strange track, announced as a recording of a group called "The Smegmates"
* Tracks 6-8 are CBS demos from 1965 - track 6 has been officially released (approximately) on the Mystery Disc. Track 8 may or may not include "Ned Has a Brainstorm".
* Track 9 recorded at Studio Z, Cucamonga, 1964
* Track 13 is from 1964 (very informative, isn't it?)
* Track 14 has been officially released (perhaps in a shorter edit) on the Mystery Disc (as "Original Mothers at the Broadside (Pomona)) it is the first live recording of the Mothers, from 1965
* Tracks 16-17 are from the first Mothers rehearsal in 1965; a small fragment of track 16 has been officially released on the Mystery Disc, as "Original Mothers Rehearsal"
* Track 18 is a 1968 rehearsal
* Track 21 is NOT directly from Bongo Fury, but a longer version from an acetate, clocking in at 07:55 instead of 04:31. What has been cut out on Bongo Fury is 39 seconds just before the guitar solo (a slide solo by Denny Walley), 2 minutes and 43 seconds just after the guitar solo (effectively a piano solo and one verse), and 2 seconds of the fade-out. It's a CD bonus track from another radio broadcast, on WPLR, New Haven, 18-Apr-1975, and it also appears on Chronicle and Bongo Fury El Paso TX.

Adding to this very impressive cast of characters, the album retains some radio-station chatter from Zappa and the Captain. From Patrick Neve:

I think the Mystery Disc tracks sound A LOT better [here] than ... on the Mystery Disc.

The cover/"booklet" is a single sheet folded once; no staples. The front of it is a black & white image of a 1950s American suburban family of 12 gatherered around a TV set; the title is printed in colour. The back of it has a black & white photograph of Zappa and Captain Beefheart sitting at a table - the Captain is brushing his moustache and product-placing a Coca-Cola can on the table; Zappa is watching him, cigarette in hand, bemused (or slightly drunk). Back cover has a colour photograph of Zappa on stage playing his guitar. The inside picture is a black & white photo of Zappa on stage, with his guitar, but with one hand held high over his head; Captain Beefheart sits in a chair on stage, surrounded by some Mothers.[/quote]


1. Cucamonga [Bongo Fury version]
2. Orange Claw Hammer [Don van Vliet]
3. Debra Kadabra / Carolina Hard-Core Ecstasy [Bongo Fury versions]
4. The Smegmates: Will You Drink My Water?
5. Captain Beefheart & His Magic Band: Pachuco Cadaver [Don van Vliet] [Trout Mask Replica version]
6. I Was a Teenage Maltshop
7. Status Back Baby
8. Ned the Mumbler [may or may not include "Ned Has a Brainstorm"]
9. Toads of the Short Forest
10. Charva [The Lost Episodes version]
11. Speed-Freak Boogie [Mystery Disc version]
12. Metal Man Has Won His Wings [Don van Vliet / Zappa] [Mystery Disc version]
13. Instrumental
14. Louisiana Blues [McKinley "Muddy Waters" Morganfield]
15. Instrumental ["Party Scene from Mondo Hollywood" - Mystery Disc version]
16. Studio Rehearsal ["Sandwich Song"]
17. How Could I Be Such a Fool?
18. Boogie for Berkeley
19. Captain Beefheart & His Magic Band: Neon Meat Dream of a Octafish [Don van Vliet] [Trout Mask Replica version]
20. Muffin Man [Bongo Fury version]
21. 200 Years Old [extended version]


Bravo Mouton !!!
respect respect respect
Revenir en haut Aller en bas
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 44
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   31/8/2010, 02:03

Fido a écrit:
Il s'agit donc d'un Bootleg (pirate) dont certaines pièces sont écoutables sur le Zappa/Beefheath Bongo Fury.
Pour les puristes

Loin d'être un puriste, surtout en la matière de Zappa, ce disque fut certainement l'un de mes premiers Zappa que j'ai écouté, histoire de me faire une idée sur le bonhomme... J'ai bien aimé, et j'en garde un excellent souvenir, même si maintenant, j'ai appris à découvrir (grâce à qui scratch ) le grand Frank Zappa et son univers et trouvé dans ma besace ou mon lecteur des Zappa de bien meilleurs qualités !

Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 44
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   29/9/2010, 12:15

Une affiche attire mon œil gauche pendant que le droit reste sur mon bouquin. Sonnerie, les portes du métro se ferment quand l'œil droit se disperse devant lui et voit une affiche qui le surprend.

Il revient !
Qui ?
Lui, Zorro sans son épée ou presque Zappa avec sa guitare...



DWEEZIL ZAPPA PLAYS ZAPPA

à l'Olympia - 8 Novembre 2010
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   30/9/2010, 01:44

Le fils a repris le répertoire et le joue avec talent.
Le vieux slogan qui s'appliquait au "San Pelegrino" est tout à fait de circonstance ici.
Quelqu'un qui qui n'a jamais vu Zappa en concert ne perdra pas son temps en compagnie de Dweezil mais il peut aussi aller le 25/09/2010 Voir/entendre "The Wrong Object & Trank Zappa Grappa in Varèse.



Mince! c'est trop tard
Crying or Very sad
Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 04:53

Dans un autre lieu et dans un autre temps, le Mouton Sauvage m’avait invité à développer le fil Zappa par une petite présentation de l’artiste. J’avais rédigé un résumé de sa trop courte vie et posté les différents épisodes. Puis le temps de la migration est venu et cette chronique est resté là bas… Je viens de retrouver le tapuscrit et pourquoi pas, l’avoir à disposition ici ?
Aucune prétention dans ce qui suit, seulement l’envie de faire connaître le moustachu et je l’espère de faire apprécier sa musique. La voici !


Zappa donc ! Un américain, né le 21/12/1940 à Baltimore-Maryland. C’est l’ainé d’une famille modeste, son père Napolitain est ingénieur, il travaille pour l’armée et sa mère née sur le sol américain est d’origine sicilienne et française, femme au foyer. Durant son enfance il suit les nombreux déménagements de la famille dus aux différentes affectations de son père. Le jeune Frank commence à s’intéresser à la musique vers l’âge de 12 ans. C’est la batterie qui l’attire, il suit un cours collectif en colo puis pratique au sein d’une fanfare. A propos de cette époque, il déclarera plus tard: « Je n’avais alors aucune façon d’exprimer musicalement mon mécontentement. L’exaspération que je ressentais pour les choses telles qu’elles étaient, s’envenima tout au long de mes années de lycée. La seule raison pour laquelle je reçu un enseignement musical était que l’école avait besoin d’une fanfare pour les matches de football ». En 1955 les Zappa s’installent à San Diégo, ville cosmopolite. Frank va sur ses quinze ans et le Rock est au rendez vous !

Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 04:53


Le Rock: On l’entend partout, à la radio, au ciné et Zappa en est dingue. Il se fait passer pour un batteur au lycée et collectionne les disques, le plus souvent achetés d’occasion. Mais un jour, après avoir fait main basse sur une paire de disques de Joe Huston et se dirigeant vers la caisse, il aperçoit une étrange pochette avec la photo d’un type ayant tous les attributs d’un savant fou. Intrigué, il remarque en plus que le disque est soldé, l’aubaine est trop bonne. Il s’agit de « Ionisation » d’ Edgar Varèse. FZ: «  J’étais très impatient de l’écouter. Mes parents s’étaient offert un véritable électrophone basse-fidélité. C’était une petite boite d’environ dix cm de profondeur, posée sur de petits pieds de métal car le haut parleur était fixé au-dessous. Il était équipé d’un de ces bras de lecture malcommodes sur lequel il fallait poser un pièce de monnaie pour qu’il ne remonte pas. Les trois vitesses étaient disponibles, mais il n’avait jamais été réglé sur 33 tours. L’électrophone était posé dans le coin du salon où ma mère faisait le repassage. Quand elle l’avait acheté, on lui avait donné un enregistrement du Little Shoemacker. Elle écoutait ça en repassant et il n’y avait pas d’autre endroit où je pouvais découvrir mon album de Varèse. J’ai tourné le volume à fond et j’ai posé délicatement l’aiguille universelle à pointe d’osmium au début de Ionisation. Ma mère était une gentille femme catholique aimant regarder les courses de rollers à la télé. Quand elle a entendu ce qui sortait du petit haut-parleur, elle m’a regardé comme si j’étais un putain de malade mental. Il y avait des sirènes, des caisses claires, des grosses caisses, un rugissement de lion et toutes sortes de sons étranges. Elle m’a interdit de passer ce disque dans notre salon. Je lui ai répondu que je le trouvais vraiment superbe et que je voulais l’écouter en entier. Elle m’a dit de prendre l’électrophone dans ma chambre. Il n’en a plus bougé… ».

Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 04:54


La rencontre avec Varèse est accidentelle mais providentielle et il découvre un univers sonore totalement nouveau pour lui. Et, c’est le temps des petits groupes et des copains. Zappa y est batteur . Il traine le plus souvent avec Don Van Vliet (Captain Beefheart), se fait virer de plusieurs lycées. Une légère moustache orne sa lèvre supérieure et il est le plus souvent bouclé dans sa piaule où il passe son temps à écouter des piles de 45 tours, travailler la batterie et essayer de déchiffrer les secrets d’Edgar. Les seuls cours qu’il suit sont musicaux et il approfondi ses connaissances en musique contemporaine à l’écoute de Stravinsky entre autres… Les groupes se forment et se défont, la guitare remplace la batterie et les potes sont plus nombreux.
Sur ses 20 ans, avec un diplôme de musicien en poche, il tente de voler de ses propres ailes et décroche un contrat pour la musique d’un film de série Z et qui ne lui rapporte pas un sou vaillant. S’en suit un travail dans une agence de publicité peu rentable mais très formateur. Puis un autre contrat de musique pour un western cette fois. Le fric gagné est réinvesti dans l’achat d’un petit studio d’enregistrement dans la banlieue de L.A. : Cucamonga! Il parvient à survivre en assurant des commandes obscures et surtout découvre la technologie et expérimente les techniques de l’enregistrement. Mais mal vu des autorités locales qui ne supportent pas ces jeunes aux allures débraillées, l’équipe du shériff se faisant passer pour des producteurs proposent à Zappa la réalisation de la bande son d’un film porno. Il s’empresse d’accepter et avec quelques amis enregistre bruits et onomatopées suggestives. Le jour de la livraison venu, c’est la police qui s’empare de la bande comme pièce à conviction et envoie Zappa en taule. Cet épisode clos l’histoire de Cucamonga.

Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 04:55


Milieu des années soixante: Beatles, Dylan, Byrds, Turtles ainsi que de nombreux groupes pop occupent le devant de la scène et la demande est forte.
Zappa a retrouvé quelques amis qui lui proposent de rejoindre leur groupe les Soul Giants. Il doit remplacer le guitariste, ce qui au début l’arrange financièrement. Mais les choses évoluent et petit à petit, des standards du rhytm’n’blues c’est les compositions originales de Zappa qui font le gros du répertoire. Ils se produisent dans les environs de L.A. mais comme ils ne jouent pas des reprise des Beatles les patrons des boites hésitent à les engager.
Ils évoluent donc dans les bars et boites de seconde zone et un soir de déconne, ils décident de changer de nom et de s’appeler les Mothers (sous entendu Motherfucker). Ils côtoient toute une faune hétéroclite et notamment des Freaks personnalisés par Karl Franzoni & les Wild Flowers.
Ensemble ils élaborent une sorte de happening qui est exactement la forme d’expression que recherche Frank Zappa. Profondément anticonformiste, il se livre à des expériences où le rythm’n’blues se teinte d’harmonies Varésiennes, accompagnés de délires scéniques qui représente sa conception d’une musique comme un spectacle total. Il travaille en étroite collaboration avec le Los Angeles Free Press et y tient régulièrement une chronique.
Les Mothers prennent leurs quartiers au Whisky-à-Go-Go où s’agglomère un public de fidèles.

Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 04:56


Il deviennent Les Mothers of Invention et en 1966 sortent un double album: Freak Out qui malgré la réticence de certaines maison de disque où il avait été refusé pour « manque de potentiel commercial » connait un certain succès. Cette nouvelle notoriété leur permet de sortir de la scène locale et à la fin de l’année 66 ils partent pour New York donner une série de concert au Garrick Theater avec pour voisins les Fugs. Ignorés au début, ils séduisent petit à petit le public et le petit théâtre ne désemplit plus. La critique sociale est explicite et les « atrocités » sont courantes. Zappa et son compère Roy Estrada se livrent à des séances de mime qui ont un caractère sexuel explicite. Epoque fantastique où dans la même soirée on peut écouter Hendrix, Al Kooper, Judy Collins, Richie Havens et bien sur Zappa & les Mothers. La situation discographique s’amélior, les disques « Absolulety Free », « We’re Only In It For The Money », « Uncle Meat » , « Ruben & The Jets »  et le plus instrumental « Lumpy Gravy » sont réalisés. Ils reflètent tous les aspect de la musique jouée sur scène, où les longues plages musicales sont entrecoupées de bruitages incongrus. Musique de contraste avec des thèmes magnifiques, des solis savants, des rythmes atypiques et des textes incisifs. La critique sociale est acerbe et la société de consommation n’est pas la seule visée, la contre culture (beat & hippies) en prends aussi plein le museau. Les pochettes ne sont pas en reste et préfigurent bien du contenu. La période New York qui aura durée quand même 18 mois se termine et tout ce petit monde peut regagner L.A. Cette expérience a amené beaucoup d’éléments positifs, Zappa a expérimenté les techniques vidéo qui verront un développement dans la production du film 200 Motels .
Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 04:56


Les Mothers of Invention ont acquis une maturité et une cohésion musicale sans défauts qui leur permet d’exploiter les nuances les plus variées. Et c’est ainsi qu’ils peuvent envisager de longues tournées d’abord aux USA, puis en Europe et au Canada. Mais qu’on ne s’y trompe pas, Zappa compose et dirige, en clair c’est lui qui est le maître d’œuvre de cette entreprise et il entend le rester. Son écriture musicale se fait plus précise et les capacités des Mothers ont leurs limites. Il louche de plus en plus vers les musiciens de jazz pour jouer des pièces qu’il a dans ses cartons, et c’est ainsi qu’en 69 il se décide à enregistrer « Hot Rats« . Apparait alors la Continuité Conceptuelle, une forme totalement nouvelle mais un fond entièrement fidèle au propos déjà établi. Cet album est le fruit d’une collaboration avec de vieux complices comme Ian Underwood, Sugar Cane Harris et Captain Beefheart mais aussi avec des nouveaux venus comme JL Ponty. Avec eux, il peut explorer à satiété son jeu de guitare ainsi que plein d’astuces techniques qu’il a découvertes. Parallèlement à cela, la vie des Mothers suit son cours et ils se produisent sur d’innombrables scènes. Les albums « Burn Weeny Sandwich », « Weasels Ripped My Flesh » en sont le témoignage. Et une époque se termine.

Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 04:57

Des frustrations accumulées durant cinq ans de vie quasiment commune ont usés les individualités. Fatigue et rancœur envers Zappa qui rendu à sa solitude travaille sur de vieux projets, fait du tourisme ou se prête au jeu de présentateur pour le festival d’Amougies (1969) où il n’hésite pas à jouer les sideman avec les Pink Floyd. Retour à L.A. et mise en route d’un album solo: « Chungas Revenge ». Et c’est à cette époque qu’il rencontre de nouveaux musiciens dont Howard Kaylan et Mark Volman. Chanteurs du groupe à succès: Les Turtles. L’occasion est trop bonne pour Zappa d’exploiter la dérision du showbiz avec ces deux « Pop Stars » et la seconde génération des Mothers est née. Le projet 200Motels devient réalité et fort de cette nouvelle dynamique mené à bien. Le film est mené à son terme et sera projeté à la fin de l’année 1971. Cette époque donne les albums « Filmore East » et « Another bands from L.A. ». Fin 71, le groupe part en tournée mais semble poursuivi par la malchance. Tout le matériel est brulé dans l’incendie heureusement sans victimes de la salle de concert de Montreux (Suisse) et Zappa lui-même se retrouve la jambe dans le plâtre suite à l’agression d’un type jaloux qui s’imaginait que sa copine lui plaisait. Conséquences: tournée annulée, groupe dissout et Zappa immobilisé.
Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 04:57

Libéré de ses engagements, il en profite pour écrire une suite à Hot Rats: « Waka Jawaka », retour vers l’univers Jazz et la grande formation: The Grand Wazoo dont le nom est tiré d’un album paru consécutivement. Plus audibles dans la forme et moins critiques sur le fond, ces albums quasiment instrumentaux valent à Zappa d’être suspecté de velléités commerciales. Quelques concert sont donnés avec cette formation, et encore c’est sous sa forme réduite (Petit Wazoo) qu’elle se produira et il faudra attendre 2004 pour en avoir un témoignage sonore: « Imaginary Diseases » .
Fort de ces expériences plus instrumentales Zappa choisit quelques très solides musiciens et reprend la route avec des compositions plus resserrées, un mélange détonant se funk, jazz-rock et soul hyper efficace où les solos en tous genre sont permis. On remarque Georges Duke, Ponty et surtout Ruth Underwood (vibraphone). Chant et saxo sont tenu par Napoléon « Murphy » Brock et Zappa devenu un maître de la guitare Wha-wha nous donne des solis de légende. Les albums se succèdent: « Over-Nite Sensation », « Apostrophe », « Roxy & Elsewhere » (live). Le succès de cette nouvelle mouture des Mothers est international. On peut apprécier le groupe sur une vidéo tournée à cette époque « A Token of is Extreme ». Moyen métrage de 50mn dans lequel Bruce Bickford concocte des animations de personnages en patte à modeler. Et Ô miracle! diffusé mais tard le soir en 76 par la télé française. Rythme effréné de concerts pour Zappa et ses Mothers devant des salles combles. En 75 est édité l’album « One Size Fits All », une pure merveille (vous savez, celui que l’on choisit s’il n’y en avait qu’un à prendre sur l’ile déserte) mais qui va clore cette période. Une nouvelle transition est en marche, quelques musiciens quittent le groupe, Zappa se rapproche de Beefheart, c’est le bicentenaire des USA et une tournée de « célébration » est organisée : « Bongo Fury » avec édition de l’album du même nom. Les départs de R. Underwood & G. Duke affectent Zappa, qui dissout le groupe, le chapitre Mothers est une fois encore clos.
Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 04:58

Retour vers une musique plus orchestrale une fois encore avec le projet de « Abnuceals Emuukha Electric Symphony Orchestra ». Formation éphémère qui ne donnera que 2 concerts à L.A. mais où Zappa se fait plaisir en faisant jouer des compositions qui lui sont chères. Des sortes de concertos pas tout à fait jazzy, rock ou contemporain mais quand même un peu, en tous cas une musique hyper-intéressante. Des enregistrements sont bien sur réalisés mais il faudra attendre avant de les voir publiés.
Cet intermède orchestral a refilé la pèche à Zappa qui réunit encore une nouvelle variante des Mothers dans laquelle un génie des baguettes: Terry Bozzio fait son apparition et tout ce petit monde reprends la route. Fort de ce batteur exceptionnel, Zappa libère son jeu de guitare qui peut désormais compter sur une rythmique sans faille. Un album sans fioritures « Zoot Allures » est proposé. Retour vers la satyre et critique virulente de l’Amerikkk, forme musicale brute et volontairement simpliste. Parallèlement à cet enregistrement, les sessions studio sont nombreuses, des formes musicales différentes sont abordées. Cela donne naissance à une formation de 12 musiciens avec laquelle Zappa met en place un condensé historique de son univers musical, ils se produisent fin décembre 76 à New York. Le témoignage sonore se retrouve sur l’album: « Zappa In New-York ».
Un mot sur cet album: Le projet initial de Zappa était l’édition d’un coffret de quatre disques « Lather » dans lequel devait figurer outre les prestations en public, tout le travail enregistré en studio de musiques plus orchestrales. C’était sans compter sur la frilosité de la maison de disque qui refusa ce concept jugé trop peu commercial. La Warner exige tout de même la livraison des bandes magnétiques réalisées et « fabrique » Studio Tan, Sleep Dirt & Orchestral Favorite. Zappa intente un procès et mettra 10 ans à récupérer les droits sur ces enregistrements.

Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 04:58

Fin 77, Zappa reprend le cycle des tournées avec une équipe plus resserrée. Libéré de son ancienne maison de disque, il projette de monter son propre label, et nous laisse deux ans sans album. Enfin en 79 paraît « Sheik Yerbouti » avec un répertoire qui reprend là où s’est arrêté Zoot Allures. Tous les styles musicaux y sont passés à la moulinette dans la pure tradition freaks de Zappa. Un album décapant et plein de nervosité.
La même année, Zappa nous offre la suite: « Joe’s Garage » pour laquelle c’est tout d’abord le premier acte qui est commercialisé puis très rapidement les actes 2 & 3 sous la forme d’un double album. Cette œuvre est une sorte d’opéra rock et de ses réflexions sur la musique qui raconte l’histoire d’un jeune musicien et ses démêlés avec le système. Joe’s Garage est un retour aux sources rhythm’n’blues avec détours funk, reggae et musique planante (Watermelon in Easter Hay).

Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 05:00


Début 1980, Zappa est en tournée aux USA et c’est Vinnie Colaiuta qui tient les baguettes (parfois remplacé par David Logeman). Le groupe est constitué par de jeunes musiciens (des fans), énergie rock et humeur bouffonne sont au rendez vous. La tournée se poursuit au printemps en Europe où le groupe aborde un répertoire plus instrumental. L‘album « Tinseltown Rebellion » édité en 81 en est le reflet. Un peu plus tard dans l’année Zappa met en vente, d’abord par correspondance, un coffret de 3 disques consacrés exclusivement aux solos de guitare. L’idée lui en est venue suite à une critique où on lui demandait de parler moins et de jouer plus. Shut Up’n Play Yer Guitar, tel est son nom!

Expérience unique, lyrisme et impressionnante multiplicité des facettes musicales de Zappa. Le disque est salué unanimement par la critique et reçoit même le grand prix de l’académie Charles Cross. A l’origine édité sur trois vinyles, chaque disque intégrait une pièce portant le titre Shut Up and play yer guitar, Shut up… some more & The return of Shut up… C’est en fait le solo joué sur Inca Road consécutivement les 3 concerts donné à l’Odéon Hammersmith de Londres les 17,18&19/2/79. Mis bout à bout, ces trois solos constituent une sorte de concerto pour guitare électrique sans aucune redite avec un phrasé extraordinaire et un lyrisme magnifique . Passer à coté serait dommage pour tout mélomane:
Shut Up
Some More
The Return
Sollicité par CBS qui veut amortir le coût du coffret « Shut Up » Zappa livre en 81 « You are What You Is ». La critique du système est toujours présente là mais le concept musical plus doo-wop et rhythm’n’blues. Par contre sur scène, Zappa densifie son répertoire et joue volontiers des pièces plus ambitieuses. La qualité de ses musiciens le lui permet et il se trouve même une doublure en la personne de Steve Vai qui doit se charger des parties de guitare « impossibles ». Zappa avoue volontiers n’utiliser la guitare qu’en tournée et manquer de temps pour travailler son instrument. Ship Arriving Too Late To Save A Drowning Whitch avec une face live et l’autre studio est distribué en 1982 et introduit la tournée de 82 en Europe. Le succès est énorme mais génère des problèmes quand à l’organisation de tels concert, résultat: la tournée devient un vrai cauchemar et certains show doivent être annulés. Et c’est Liberatore qui se charge de la pochette de « The Man From Utopia » afin d’exprimer l’enfer que furent certains concerts. D’ailleurs, en 83 aucune tournée n’est programmée.
Pink Napkins

Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 05:00

Plus tranquille, Zappa se remet à l’écriture et participe à l’enregistrement par le London Symphony Orchestra sous la direction de Kent Nagano de plusieurs de ses œuvres. Un premier volume est ainsi édité et du matériel est prêt pour un second opus à paraître en 87. Le 9 février 83, Zappa réalise enfin un de ses rêves en dirigeant Ionisation et Intégrales de Varèse à la tête de la Chamber Contempory Of San Francisco. Puis il se met au travail afin d’honorer une commande de l’Ensemble Inter contemporain et Pierre Boulez: The Perfect Stranger
1984: Zappa fête ses vingt ans de carrière. Un sextet est reconstitué (Ike Willis, Ray White, Bobby Martin, Alan Zavod, Scott Thunes & Chad Wakerman) et c’est parti pour six mois de concerts aux States, Canada & Europe. Plébiscite et triomphe sont au rendez vous, l’album « Them Or Us » est en vente. Toujours prolixe, Zappa propose dans le même temps une comédie musicale: « Thing Fish ». Coffret de 3 disques, parodie de cabaret, Zappa y attaque de manière féroce et truculente les instances religieuses et policières. Cette année voit aussi la diffusion du mystérieux « Francesco ». Entièrement réalisé au synclavier, ce disque est composé de courtes pièces baroques présentées comme étant l’œuvre d’un musicien du XVIII° siècle Francesco Zappa. Un pied de nez et une farce mais aussi une approche de l’harmonie baroque parfaite.


Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 05:01

Zappa se passionne pour la composition assistée par ordinateur. Libéré des contingences imposées par le recrutement de plusieurs musiciens et aidé d’un seul technicien il peut se consacrer entièrement et de longues heures à la composition. Ainsi est en grande partie réalisé l’album « The Mothers of Préventions » diffusé en deux versions. La première destinée au marché US contient sur une face une longue pièce décrivant les péripéties de sa confrontation avec le « Parents Music Resource Center » (majorité de femmes de sénateurs décidées à imposer à la musique rock un contrôle et une censure plus sévère). La seconde destinée à l’export reprend du matériel joué par la précédente formation de Zappa. La deuxième face identique sur les deux versions présente des compositions réalisées au synclavier (plus tard, la réédition en cd regroupera les pièces des deux versions). L’année suivante c‘est « Jazz From Hell » bâti de la même façon mais bien plus abouti. Fin 86, EMI met sur le marché la vidéo des concerts de fin 84 « Does Humor Belong In Music » ainsi que le disque du même nom mais qui n’est pas la bande son du film mais du matériel soigneusement choisi de la tourné 84.
Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 05:01


En 87, Barfko Swill (la boite de vente en direct de Zappa) regroupe sur son catalogue des coffrets contenant les pressages vinyls des premiers albums: Old Masters I, II & III. Il a gagné ses procès et acquis les droits de ces œuvres. Des cassettes vidéos des titres tels que 200Motels, Uncle Meat , Vidéo From Hell ou encore Dub Room . L’année se termine sur la soirée des Grammy Nominations où l’album « Jazz From Hell » est primé.

Mais l’envie de repartir en tournée gagne Zappa, il reconstitue une formation de 10 musiciens comprenant une section de cuivres imposante et occupe l’actualité discographique avec la parution d’un double album « Guitar » la suite de « Shut Up ».
Le répertoire est constitué de nouveaux morceaux aux paroles très politique qui commentent l’actualité des élections en cours aux USA, les « standards historiques» des Mothers mais aussi des compositions que Zappa a envie d’interpréter pour le plaisir comme par exemple une version reggae du Boléro (malheureusement retiré des pressages suite aux recours des ayants droits de Ravel), la marche royale de l‘histoire du soldat ou encore le thème du 3° concerto pour piano de Bartok, mais aussi une version de Stairway to Haven, Purple Haze ou Ring of Fire… Un véritable feu d’artifice de musiques et de thèmes, des arrangements toujours renouvelés !
La tournée est entamée en février sur la cote Est se veut une parodie de campagne électorale, elle se poursuit jusqu’en juin en Europe et sera malheureusement interrompue pour cause de dissension entre certains musiciens mais aussi de lassitude de Zappa qui a des problèmes de santé.
Le matériel enregistré durant cette tournée est énorme et d’une qualité parfaite. Il permet la réalisation des albums: « Broadway the Hard Way » regroupant la partie du répertoire principalement joué aux USA, « The Best Band You Never Heard In Your Life » & « Make Jazz Noise Here ».
C’était le dernier « band » de Zappa ainsi que sa dernière tournée.
Rhymin’ Man
Andy
Bolero

Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   3/10/2010, 05:02

Mais il ne s’arête pas de bosser pour autant, il exploite ses archives et inaugure la série: « You Can’t Do That On Stage Anymore ». Série de 6 doubles albums (10 étaient prévus au départ) essentiellement constitués d’enregistrements et d’extraits de concerts. La qualité est comme toujours parfaite et on a plaisir à entendre différentes versions de ses compositions.
Janvier 1990, Zappa se rend en Tchécoslovaquie sur l’invitation de Vaclav Havel. Il s’intéresse de plus en plus à la politique et est nommé officiellement conseiller personnel de nouveau président tchèque. En juin, il fête le départ des troupes soviétiques et se produit avec Michael Kocab. Sa santé ne s’améliore pas et il paraît de plus en plus fatigué, la guitare est définitivement rangée.
Sollicité par l’Ensemble Modern, Zappa ne renonce pas et travaille au projet: « The Yellow Shark ». Les perspectives de cette expérience le galvanisent et le projet peut être mené à son terme. La musique de Zappa sera interprétée par un orchestre de 26 musiciens sous la direction de Peter Rundel. Deux pianos à queue , une section de cordes, de vents et trois percussionnistes. L’ensemble est somptueux et sonne parfaitement. Zappa est présent pour la première le 17 septembre 1992 et tient la baguette pour l’ouverture. La qualité des interprètes et la perfection des arrangement séduisent l’auditoire et donnent lieu à une incroyable ovation à la fin du spectacle. Un long métrage a été réalisé sur cet évènement dans lequel on peut voir à la fin du concert un Zappa seul avec les larmes aux yeux. L’album « The Yellow Shark » paraitra courant 93. Lors des répétitions avec les musiciens de l’Ensemble Modern, Zappa en a profité pour enregistrer le matériel qui doit constituer son opéra: « Civilization Phase III » et qui devrait être présenté en mai 94 à Vienne.
C’est avec de la musique plein la tête et des projets encore en perspective que Frank Zappa nous quitte ce 4 décembre 1993. Le cancer qui le rongeait depuis quelques années a finalement eu raison de son enthousiasme.

A lire pour les plus curieux:
Frank Zappa & Peter Occhiogrosso: Zappa par Zappa (l’Archipel)
Christophe Delbrouck: Frank Zappa : I -Les mères de l’invention (Castor astral)
II -La dînette de chrome
III-L’Amérique parfaite
Guy Darol, Dominique Jeunot: Zappa de Z à A

Une proposition pour entrer dans l’œuvre:
Broadway the Hard Way, The Best Band You Never Heard In Your Life  & Make Jazz Noise Here.
A mon avis ces trois albums pourraient être rassemblé dans un même opus et présentent un large aspect de la musique de Frank Zappa avec une qualité irréprochable…

Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   26/10/2010, 00:58

L'actualité du moment (vite, c'est demain!)
Pour leur retour sur une scène parisienne, les PEACH NOISE de Charly Doll et Nicolas Mingot (feat. Benoît Moerlen) se produiront en première partie du trio de DEVON ALLMAN le 27 octobre au Réservoir. Comme son père Gregg, Devon s'inscrit dans la tradition d'un rock sudiste chaud et groovy. Ce sera sa première apparition parisienne. Les Peach Noise sont, quant à eux, un quintet de virtuoses qui jouent la musique de Zappa depuis 2008.
Il serait dommage de rater cette double-affiche et, afin de soulager les bourses des zappaphiles qui ont déjà investi dans le concert-événement des Grande Mothers au Trabendo, un tarif préférentiel est proposé aux Fils De l'Invention : 18 euros au lieu de 25. Il suffit pour l'obtenir de se présenter à la caisse du Réservoir en lançant la phrase magique "Je viens de la part de Charly". Merci Charly.

Le Réservoir

Consolation pour ceux qui n'iront pas, une pièce intemporelle:

Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   8/12/2010, 10:40

4'46" d'éternité


et un Fido qui pleure...
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Le Grand Wazoo   

Revenir en haut Aller en bas
 
Le Grand Wazoo
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» The Grand Wazoo (1972)
» Festival de musique militaire à Ville la Grand du 11 au 13 juin 2010
» The Australian Pink Floyd Show , Grand Rex 8 mars 2010
» Mountain Men grand Prix Cognac 2009
» Fabrication d'un nouveau grand huit complètement dans le noir par Mack-Rides?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: Casque sur les Oreilles, Volume à Fond :: Dans le Jukebox-
Sauter vers: