Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Yukio Mishima

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Yukio Mishima   10/10/2009, 07:05

J’aime bien traîner le long des docks. Voir ces bateaux à quai, décharger des tonnes de containers ou de simples filets de poissons tout rapiécés. Les regarder embarquer vers des destinations lointaines et exotiques. M’imaginer prendre le quart en haut de la passerelle, me retrouver planton aux ordres d'un capitaine à barrettes. Ça pue le poisson pourri, ça pue le mazout, ça sent la mer. Face à moi un de ces mastodontes défiant les Dieux des Océans, un gigantesque porte-containers. Je me sens petit, minuscule, tel un gamin devant un géant sorti de la mythologie japonaise. Je m’apprête à monter par la passerelle ; j’ai déjà le vertige, le mal de mer s’empare de moi et dire que les amarres ne sont pas encore levées. Je tâte dans la poche de mon caban ; j’ai troqué la fameuse pipe des vieux marins contre un petit livre de poche : « Le marin rejeté par la mer ». Idéal pour lire pendant le quart, à la lueur de la pleine lune. Noburo, jeune garçon de 13 ans, possède cette même passion. Il idéalise cette mer, comme un rêve de gosse inaccessible, alors lorsque sa route croise celle de Ryûji, marin et vieux loup solitaire, il en fait son héros. Un navigateur, sans femme ni attache, dans la pure et belle tradition d’une littérature de « marins ».

« Ses seuls souvenirs de la vie à terre étaient ceux de la pauvreté,
de la maladie et de la mort ainsi que d’une dévastation infinie.
En se faisant marin, il se détachait de la terre à jamais. »


Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Yukio Mishima   11/10/2009, 01:49

A tort, je n’ai que très peu lu de Mishima. C’est cette raison principale qui m’a attiré vers ce court roman. Je n’ai que de vagues souvenirs de ces lectures d’antan, mais j’y perçois ce mélange de cruauté et de sensibilité charnelle. La mort et l’amour semble indissociable avec comme bourreau un jeune garçon confronté seul aux problèmes de l’adolescence. L’absence d’un repère masculin se fait sentir et Noburo croit voir en ce marin l’image d’un homme viril, d’un père auquel il pourrait s’identifier, un puissant mâle qui brave les dangers les plus extrêmes en chevauchant sur son navire les affres de la Nature ; un homme qui pourrait lui servir de modèle jusqu’à ce que ce dernier décide de quitter tout, c'est-à-dire la Mer, pour sa propre mère. Un sentiment de trahison et de honte va irrémédiablement le submerger et l’effondrer vers un abîme que ses camarades l’aideront à franchir.

« Ryûji et elle s’enlacèrent pour un long baiser qui les plongea dans une immense béatitude. Fusako ne pensait qu’à la séparation du lendemain. Caressant les joues de Ryûji, touchant les places chaudes et veloutées qu’il avait rasées, respirant l’odeur de sa chair qui s’élevait de sa poitrine agitée, elle sentait toutes les fibres de son corps qui lui disaient adieu. L’embrassement ferme et convulsif de Ryûji lui affirmait combien sa présence lui était chère. Pour Ryûji ce baiser était la mort, plus exactement la mort par un amour dont il avait rêvé… La douceur de ses lèvres, sa bouche si rouge qu’il pouvait voir dans l’obscurité avec les yeux fermés, infiniment humide, une tiède mer de corail, sa langue s’agitant sans repos comme une algue : dans toute cette extase il y avait quelque chose qui se rattachait directement à la mort. Il se rendait parfaitement compte du fait qu’il la quitterait le lendemain. Pourtant, il était prêt à mourir avec bonheur pour elle. L’idée de mort s’éveillait dans son esprit. »
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Yukio Mishima   12/10/2009, 06:38

« Il faut du sang ! Du sang humain ! Sinon ce monde vide blêmira et finira par se ratatiner. Nous devons prendre le sang frais de ce marin et le transfuser à l’univers qui se meurt, au ciel qui se meurt, aux forêts qui se meurt, à la terre qui se meurt. »

Du sang, de la cruauté, de l’émotion, « le marin rejeté par la mer » n’en manque pas. Le marin est faible, il s’est entiché d’une femme. Il ne mérite certainement guère mieux, d’autant plus qu’il n’aura même pas le courage de se faire honorablement seppuku. La littérature japonaise aborde souvent ce thème de l’amour et de la mort, Mishima ne déroge pas à la règle ; et de sa plume la cruauté devient esthétique. Bien sur, si on aime bien les chats, qu’on a une passion débordante pour ces boules de poil, on évitera juste de lire un chapitre particulier…
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
El Viajero

avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 18/09/2009

MessageSujet: Re: Yukio Mishima   12/10/2009, 16:37

Très bonne introduction à l'oeuvre de Mishima en effet, je garde un superbe souvenir de ce "Marin rejeté par la mer", que je confonds cependant un peu avec "Le tumulte des flots" que j'avais lu dans la foulée, avant d'aborder l'énorme quadrilogie de la "Mer de la fertilité" ("Neige de Printemps", "Chevaux échappés", "Le temple de l'Aube", "L'ange en décomposition"). Mais plus récemment j'ai lu un tout petit livre intitulé "Le soleil et l'acier"(folio n°2492), où Mishima se fait plus philosophe que l'on ne l'espérait: "Si c'est la loi de la pensée qu'elle devrait se mettre en quête de ce qui est profond, soit vers le bas, soit vers le haut, dès lors il me paraissait extrèmement illogique que les hommes ne puissent découvrir rien qui ressemble à des profondeurs à la surface même, à cette frontière qui garantit notre spécifité et notre forme, en distinguant ce qui nous demeure externe de ce qui nous est interne. Pourquoi ne seraient-ils pas attirés par l'essence profonde de la surface ?" On a envie de relire ça plusieurs fois avant de le juxtaposer à toutes ces autres réflexions qui s'orientent autour de l' Art du Samouraï et le pilotage d'un "Zéro" par mauvais temps. Le livre se termine par un poème intitulé "Icare", qui s'intègre parfaitement dans cette atmosphère mi-guerrière, mi-néo-surréaliste ou quelque chose.
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Yukio Mishima   14/10/2009, 03:27

Voilà des échanges qui ne font qu'accroître mon souhait de découvrir plus cet auteur. J'ai dans ma PAL plusieurs titres en attente et j'avais lu de lui, je remets mon mot :

Dojoji et autres nouvelles
de Yukio Mishima m'a semblé être une bonne idée pour découvrir l'auteur.



La première, Dojoji, sous forme de pièce de théâtre m'a plutôt amusée. Plus que l'histoire de la jeune fille, le profil de l'antiquaire est bien vu, celui des acheteurs est pas mal aussi !
La scène se passe lors de la vente privée d'une armoire chez un antiquaire, cette armoire est si particulière que les prix montent et s'envolent, quand une jeune fille déboule annonçant un prix dérisoire. Elle a ses raisons et son but est de se défigurer pensant que son ancien amant l'a quittée à cause de son trop joli visage ...
Un peu tordu surtout qu'elle n'en fera rien, reste donc pour moi que l'amusement du début lorsque l'antiquaire met en vente cette armoire si extraordinaire et la cupidité des acheteurs.

Les sept ponts

- très courte nouvelle, deux geishas rejoignent une amie et son chaperon, une jeune fille laide, dérangeante. Celle-ci accompagnera les 3 femmes dans un périple de prières pour que leurs voeux se réalisent, voeu d'amour ou de bon mariage, la chute est la morale de l'histoire.

Patriotisme

- un officier de l'armée impériale refuse de combattre ses collègues rebelles et amis et décide de se faire seppuku, sa jeune épouse devra également se suicider. Il lui demandera cependant de le faire après lui, car il faut un témoin à son suicide. Le couple se prépare et organise leur départ.
L'histoire est décrite avec précision et sobriété, la scène d'amour est assez exceptionnelle, l'intensité et le désir sublimé par cet acte d'amour mais aussi d'adieu est très belle. La scène du suicide est aussi rigoureusement décrite.
Une nouvelle que je trouve intéressante sur le suppuku, rituel, état d'esprit, voire même description, les mots sont si précis que j'ai eu l'impression d'y assister, ceci dit je ne lirai pas spécialement d'autres textes sur le sujet.

La perle
- Une femme fête son anniversaire reçoit quatre femmes choisies selon des critères superficiels. Elle égare la perle de sa bague mais voilà que le gâteau est décoré avec ces petites perles de sucre argentées...
Le chemin de la perle sera aussi tortueux que l'esprit de ces femmes.
Une observation critique des rapports entre femmes, amies ou non, une histoire amusante.
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Yukio Mishima   14/10/2009, 03:34

Et un autre petit livre de Mishima :



Martyre
Comment qualifier les sentiments ambigus qu'éprouvent l'un pour l'autre Hatakeyama et Watari ? Les deux adolescents hésitent entre haine, désir, fascination et cruauté. Jusqu'où leurs jeux troubles peuvent-ils conduire

Ken
L'équipe de Kendô a pour capitaine Jirô, l'un des meilleurs sabres (ken) du Japon. Tous lui envient sa force, sa beauté et son talent. Lorsque le club part faire


Il est précisé Martyre précédé de Ken, pourtant Ken m'a semblé tout aussi intéressante si ce n'est pas plus.
Il y a souvent cette forme d'esthétisme dans la littérature asiatique, même dans des histoires cruelles comme Martyre.
Tout cela n'amoindrit pas la cruauté par exemple, ni ne la valorise mais peut-être permet de l'aborder.
Voilà aussi un point que j'aime bien, tout n'est jamais rose ou noir, les sentiments sont subtils comme .. la vie peut-être tout simplement ...

Ken et Martyre, deux nouvelles belles dans le sens profond, passionnantes du point de vue humain avec leur dureté mais aussi leur tendresse, car il n'y a pas que de la cruauté, il y a de l'amitié, l'amour, du désir.

Ken est une histoire de manque d'amour où l'orgueil peut servir de béquille pour survivre, ou mourir ... Martyre est une histoire belle et cruelle sur l'homosexualité... elles se lisent avec les tripes. Magnifiquement humain pour ceux qui seront réceptifs.
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Yukio Mishima   14/10/2009, 03:41

Hormis plusieurs titres repérés, connaissez-vous Correspondance avec Mishima et Y. Kawabata et puis Mishima, ou La vision du vide de Marguerite Yourcenar.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Yukio Mishima   

Revenir en haut Aller en bas
 
Yukio Mishima
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Philip Glass

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: Ivre de livres :: La Bibliothèque :: Japon-
Sauter vers: