Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Zoé Valdés

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Zoé Valdés   2/2/2010, 14:16

Zoé Valdés, née à La Havane, Cuba, est une romancière, poète et scénariste cubaine vivant en France.
Elle a fait partie de la délégation cubaine à l'UNESCO (1983-1988), puis de l'Office culturel de Cuba à Paris. Elle a aussi dirigé une revue cinématographique, Cine cubano.

En 1995, après la publication en France de son roman « Le néant quotidien » elle est contrainte à l’exil, pour insoumission au régime castriste, accompagnée de son conjoint et de sa fille. Elle réside actuellement en France.
« Trois fenêtres grandes ouvertes confirment que la mer existe. Et si elle existe, je suis assise au bord du lit, comme chaque matin, entrain de boire à petites gorgées un café noir et amer, en poudre il y a quelques minutes, et liquide à présent. Depuis combien de temps ai-je commencé cette cérémonie matinale ? Boire du café en contemplant la mer, comme si les vagues étaient des fragments de vie. L’eau est fascination lente, sérénité maximale, effroi curieux qui apaise. Je fais la même chose depuis un nombre infini d’aurores, traverser l’écume, le corps hiératique, tandis que l’âme me susurre qu’elle existe, comme la mer. Comme le mal du déséquilibre. En moi, comme partout sur terre. »


Le Néant Quotidien raconte l’histoire d’une femme cubaine qui s’appela Patrie. Une naissance dans la douleur mais marquante : le Che en personne a posé un drapeau cubain sur le ventre de sa mère au début de l’accouchement. Une naissance sous les meilleurs auspices, sauf qu’à Cuba, il n’y a rien. Rien à manger, rien à faire, rien à voir, aucun espoir : c’est ça le néant quotidien. Vivre à Cuba, c’est vivre sans aspiration et sans attente.


Des rêves, Patrie rebaptisée en Yocandra par amour n’en a même plus. A quoi servent les rêves quand la réalité est faite exclusivement du vide. La Havane pourrait être l’une des plus jolies villes du monde. Ces couleurs et ces tons, j’ai en mémoire le film de Wim Wenders, « Buena Vista Social Club ». La Havane est magnifique, un paradis, mais seulement du coté du touriste où sortit de son hôtel 5 étoiles Grand Luxe, il ne peut y trouver que misère et désenchantement. Ils ont voulus construire un paradis, un enfer s’est créé. L’Eldorado n’est pas sur cette île, malgré sa beauté, sa luminosité et sa musique. Là-bas, c’est simplement tickets de rationnement, pénurie et vide. Là-bas, il n’y a même plus d’espoir.
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Tchipette

avatar

Messages : 38
Date d'inscription : 03/09/2009

MessageSujet: Re: Zoé Valdés   3/2/2010, 13:52

J'avais lu café nostalgia, belle histoire d'une exilé cubaine à Paris. Une belle écriture, d'une auteure pas tendre qui raconte les affres des exilés dans un Paris pas vraiment sympa, ni très acueillant, ne rêvant que de l'île perdue, tout en la sachant effectivement "sans aspiration et sans attente".
Revenir en haut Aller en bas
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Zoé Valdés   4/2/2010, 14:10

Tchipette a écrit:
... ne rêvant que de l'île perdue, tout en la sachant effectivement "sans aspiration et sans attente".

On pourrait se dire : « l’espoir, c’est partir » ; mais partir pour où, prendre un vieux radeau et chevaucher la mer déclinée en furie déchaînée. Mince espoir ; et puis après, quel avenir ? Devenir une pute exilée comme bon nombre de ces cubaines parties tenter leurs chances sous d’autres cieux… Non, l’avenir est sur cette île, même s’il n’y a rien, même si elle sombre dans le désespoir.

« Je suis parvenue à la conclusion que l’acte le plus important de ma vie est de me réveiller. Me réveiller de la torpeur imposée par l’épaisse réalité. Me réveiller chaque matin et boire un café en constatant que la mer est toujours là, en la caressant des yeux derrière les fenêtres de mon refuge hexagonal. Me réveiller, boire un café et regarder la mer, telle est ma plus grande ambition. La mer ne partira jamais ? Pourquoi grossit-elle au lieu de se retirer, et déborde-t-elle en faisant disparaître le mur de la jetée, les maisons, en dérobant les objets et les vies ? Quel péché ce peuple a-t-il commis, que la mer lui fait expier avec de plus en plus de hargne ? Pourquoi la mer ne peut-elle s’en aller, se perdre, pour laisser pousser des fleurs à sa place, un immense jardin pour les enfants, les jeunes, les vieillards, pour tout le monde ? Ces derniers temps, la mer est en rogne. »

Et comme toute littérature cubaine, le chapitre VIII est condamné à la pornographie. « Le néant quotidien » ne déroge pas à cet adage, et ce chapitre change radicalement de ton : il n’est plus question de désespoir et de vide dans ce chapitre ; simplement du sexe, cru et charnel, très démonstratif qui laisse l’esprit vagabonder vers le plaisir de la chaire, et pénétrer l’intimité la plus profonde de Yocandra, comme si l’esprit se trouvait face à un vulgaire film X. Qu’est-ce qui intéressent les gens ? Le SEXE, alors je sais qu’avec la description de ce chapitre VIII, vous allez tous vous jeter sur ce bouquin, pour le dévorer et assumer vos fantasmes exotiques… J’espère ainsi faire venir sur le forum de nouvelles têtes, car ici, on cause rock’n’roll, on cause bon bouquin, et on n’a rien contre le sexe…
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Zoé Valdés   

Revenir en haut Aller en bas
 
Zoé Valdés
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Spontini-Opéras

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: Ivre de livres :: La Bibliothèque :: Amérique Latine-
Sauter vers: