Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Georges C. Chesbro

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Georges C. Chesbro   18/2/2010, 14:29

George C. Chesbro est né à Washington en 1940. Diplômé en sciences de l'éducation en 1962, il enseigne à des classes d'enfants à problèmes jusqu'en 1979. Puis il s'arrête pour se consacrer à l'écriture.

Le personnage de Mongo le Magnifique, détective privé nain, ancien acrobate de cirque, docteur en criminologie au QI exceptionnel, est d'abord apparu dans des nouvelles, puis dans la plupart de ses romans (plus d'une vingtaine).

George C. Chesbro est décédé le 18 novembre 2008. Source : polarnoir.

Voilà pour la présentation succincte de l’auteur, mais je ne vais pas non plus vous parler de Mongo le Magnifique (ce détective nain m’interpelle, il faudra peut-être que je me plonge dans ses enquêtes criminelles). Il s’agit d’un clodo dans les rues de New York, sale et puant, muet et amnésique qui reste figé dans la boue et sous la pluie depuis trois jours au moins. Personne ne le connait, alors dans la rue, on l’a surnommé « Bone », simplement parce qu’il tienne fermement dans sa main un fémur humain.



«- Vous ne pouvez pas imaginer l’état de certaines personnes que nos patrouilles des rues…
- Les patrouilles des rues ?
- C’est ainsi que nous appelons les équipes mobiles qui travaillent pour la HRA, la Human Resources Administration, un organisme municipal. Les individus qu’ils nous ramènent souffrent très souvent de maladies telles que la tuberculose ou la gale, ils ont des engelures, j’en ai même vus atteints de la peste ou du cholera. On doit presque tous les épouiller avant de les installer dans un lit. En hiver et au début du printemps, pas un jour ou presque ne se passe sans que nous devions amputer un clochard à cause de la gangrène consécutive aux engelures, et il n’est pas rare que nous soyons obligés de couper les doigts ou les orteils d’une personne que nous avons déjà soignée. Bref, par rapport à tous les sans-abri que nous accueillons ici, vous constituez une exception frappante.
- Comment la municipalité peut-elle tolérer ça ?
- Tolérer quoi ?
- Que des gens sans foyers meurent de la tuberculose et des autres maladies que vous avez mentionnées. Comment peut-on laisser des gens mourir de froid en hiver ? »
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Georges C. Chesbro   18/2/2010, 14:30

« Bone », le roman n’est pas un polar comme les autres. Bien sûr, il y a tous ces meurtres sauvages, des corps décapités, et des têtes en guise de trophées pour un tueur en série mystérieux. Est-ce Bone, le tueur ? Personne ne sait, vu qu’il est amnésique et qu’il n’y a aucune preuve, sauf des soupçons et des crimes qui semblent avoir un lien avec lui. Tout le monde le croit, l’intéressé y compris qui doute sérieusement de son âme humaine.

Alors si ce n’est pas un polar comme les autres, qu’est-ce donc ? « Bone » est avant tout un roman sur les déshérités, les clochards, les ivrognes, les laissés-pour-compte, les déchets humains, les rebus de la société, irrécupérables âmes humaines qu’il vaut mieux décapités plutôt que de les voir encombrer nos trottoirs. « Bone » est donc un grand roman social qui montre un aspect plus que misérable de notre société, une seconde société qui vit dans les sous-sols des grandes métropoles, avec ses codes, ses voleurs (car même, ou surtout, quand on a rien, on peut se faire taillader pour… rien !) et sa misère… Un roman au goût amer, une odeur de puanteur suintant à travers les pages, des gouttes de sang perlant de la couverture…


« Il passa le restant de l’après-midi à errer dans les salles de détente du refuge, puis il se promena dans les rues alentours, observant les visages avec l’espoir d’y déceler un signe de reconnaissance. Mais sur cette multitude de visages, vieux et jeunes, hommes et femmes, noirs, blancs, latinos, il ne voyait que le désespoir, la solitude et l’échec. Parfois, il ne voyait rien du tout, un vide étrange et inquiétant dans les yeux de ces hommes et de ces femmes affalés dans l’ombre des entrées d’immeubles, ou qui avançaient sur le trottoir en traînant les pieds, tels des zombis. Des dizaines d’ivrognes étaient étalés sur le bitume, certains vomissaient dans le caniveau. La rue de Bowery semblait bordées d’épaves humaines, […] »
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
 
Georges C. Chesbro
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Georges Enesco (1881-1955)
» Georges-Patrick Gleize
» Georges Auric (1899-1983)
» Georges Prêtre, chef d'orchestre - dcd 04.01.17
» Alain Cophignon : Georges Enesco

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: Ivre de livres :: La Bibliothèque :: US - Canada-
Sauter vers: