Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Marcus Miller

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Marcus Miller   3/8/2010, 14:21

Si je ne me trompe pas, c’était la 48ème édition de Jazz à Juan-les-pins. Un concert retransmis par TSF Jazz. Il faisait beau, le soleil couchant coloriait d’une teinte légèrement orangée les reflets de la mer. Bref, cela sentait les vacances et les embruns. Au loin, quelques dauphins sautent par-dessus les vagues, pour apercevoir la vedette d’un soir et pousser leurs cris stridents d’admiration. L’imagination vous fait écrire un peu n’importe quoi sur le clavier, lorsqu’une musique vous pénètre intérieurement. D’autant plus que je ne suis pas forcément un grand fan du bassiste. Mais j’ai cru comprendre que certains l’apprécient suffisamment pour me donner l’envie de lui ouvrir un fil…

Soirée Electro-Funk !
Avec donc Marcus à la basse, mais aussi Federico Gonzalez Peña aux multiples claviers « vintage », un gamin, Alex Han, venu tout droit de son Arizona à l’alto, ainsi que DJ Logic aux platines…

Du groove, de la bonne zic, des bonnes reprises de Stevie Wonder ou de Miles Davis (of course, bien sûr). De quoi passer une bonne soirée mais (j’y appose un petit mais qui ne tiens qu’à moi) j’aurais une préférence sans ce fameux DJ Logic. Question de goût ou d’époque, je ne suis ni un habitué ni un fana des scratchs, un peu trop nombreux. panik

Question bassiste, mon rayon disque reste pauvre. Et notamment pas un seul disque de Marcus Miller. Seul Stanley Clarke a su trouver sa place. Le concert avance, les applaudissements continuent. Tout le monde est formidable parait-il (de toute façon, je vois mal Marcus dire au public : « ce soir, vous êtes nul ») Et puis subitement, Marcus Miller laisse de coté sa basse pour nous entonner un classique « When I Fall in Love » à la clarinette basse… Là, ça change tout ; cela devient moins funk, plus doux. A noter aussi le nom d’Alex Han, tout juste 20 ans, qui devrait prendre un peu plus de notoriété d’ici peu… Tiens donc une trompette vient se mélanger pour le final du quartet ??? Celle de Roy Hargrove venu se joindre à la bande de Marcus…

Voilà, c’était mon impression d’un soir de Juan-les-pins, soir auquel je n’étais pas convié mais me suis invité par l’intermédiaire de TSF Jazz et d’une bonne âme humaine venue partager cet enregistrement… Maintenant, il me reste encore sous le coude un second enregistrement radiophonique lors d’une session au Jazzclub Fashing de Stockholm

Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Marcus Miller   6/12/2010, 14:45

« Cette soirée fut un merveilleux moment. C’était la première fois que je jouais avec Mr. Petrucciani et ce fut un réel plaisir de se découvrir l’un l’autre devant tous ces fans. Partagez maintenant la joie que tous ces grands musiciens ont eue cette nuit-là. »
Marcus Miller.

1.Tutu -16:36 (Marcus Miller)
2.The king is gone - 16:36 (Marcus Miller)
3.Looking up - 16:32 (Michel Petrucciani)

Michel Petrucciani : piano
Marcus Miller : basse
Kenny Garrett : saxophone
Biréli Lagrène : guitare
Lenny White : batterie

Un quintet improbable, une nuit inoubliable. Sous la houlette d’un Marcus Miller, voici une belle rencontre avec le pianiste Petrucciani qui nous est proposée en cette nuit étoilée du 7 juillet 1994 au palais des sports de Paris. Des étoiles dans le ciel, des étoiles sur scène, réunies sur disque le temps de 3 titres (seulement ? mais chacun dépassant allégrement le quart d’heure), un superbe témoignage de cohésion et fusion musicales. Si le premier titre « Tutu » nous renvoie au grand Miles, mes préférences vont aux second et troisième titres où le piano de monsieur Petrucciani est plus présent, et moins noyé dans la basse de Marcus.

Et si vous voulez vous faire un show inoubliable dans votre salon, le temps d’un soir invitez cinq grands noms du jazz à partager votre verre de Bruichladdich, tranquillement sur votre canapé, ce disque est là, devenu un classique présent dans toute les bonnes discothèques du forum.

Voilà, c’était mon concert d’un soir : « Dreyfus Night in Paris »



Extrait d’un soir : The King Is Gone.
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Marcus Miller   8/12/2010, 10:25

Un moment le Marcus, je ne l'ai plus aimé.
Un jazz rock déjà entendu, sans inventions, trop lisse. Bref: gonflant !
Puis, voici une paire d'années, une bonne âme a permis de capter le concert donné à Lugano (CH) en 2008...

Ouverture du show:

Depuis, l'amour est revenu.
Comme quoi avec un peu de musique...
Revenir en haut Aller en bas
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Marcus Miller   8/12/2010, 14:13

Fido a écrit:
Un moment le Marcus, je ne l'ai plus aimé.
Un jazz rock déjà entendu, sans inventions, trop lisse. Bref: gonflant !

Je te comprends...
Marcus Miller, je l'écoute plus pour ceux qui sont autour...

Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Marcus Miller   

Revenir en haut Aller en bas
 
Marcus Miller
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Marcus Miller
» Marcus Miller "free"
» Marcus Miller à l'Olympia
» Marcus Miller
» Marcus Miller à l'OLYMPIA.....

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: Casque sur les Oreilles, Volume à Fond :: Dans la boite de Jazz-
Sauter vers: