Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Isabelle Huppert

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bernique

avatar

Messages : 699
Date d'inscription : 04/09/2009
Age : 116

MessageSujet: Isabelle Huppert   8/8/2010, 13:57

On la connait tragique, inquiétante, grave ... on la découvre drôle, légère, fantasque.

Dans Copacabana de Marc Fitoussi, Isabelle Huppert nous entraine dans le tourbillon de sa fantaisie.
Elle est Babou, une femme inconséquente et libre qui a vécu au fil des rencontres qui l'ont menée sur tous les continents. Elle a élevé sa fille, Esméralda, dans cet esprit, mais celle-ci aspire à la tranquillité bourgeoise que lui offre son fiancé.
Quand sa fille lui demande de ne pas assister à son mariage parce qu'elle craint un dérapage de cette mère imprévisible, Babou se sent blessée. Égocentrique et opportuniste, elle ne comprend pas les aspirations de sa fille, comme elle ne comprend pas que ceux qui l'entourent finissent par se fatiguer de toujours devoir suivre son bon plaisir.

L'occasion de se racheter aux yeux de sa fille se présente : elle accepte un poste de vendeuse d'appartements en multipropriété.
Mais essayez de vendre des appartements de vacances à Ostende en hiver !

Le personnage de Babou a tout pour nous exaspérer. Pourtant, on s'attache à elle : on admire sa fantaisie qui l'aide à reprendre le dessus quand les coups durs s'accumulent ; on aime son empathie pour les chiens perdus ; on aime sa fragilité ; même son opportunisme devient une qualité quand il est mis au service de la cause qui lui tient le plus à cœur : retrouver l'estime de sa fille.

Aux côtés d'Isabelle Huppert, toujours aussi lumineuse, on retrouve Luis Rego attachant et tendre, et on découvre Lolita Chammah, la propre fille d'I Huppert.
Quelques seconds rôles bien maitrisés et une bande-son en total décalage avec les lieux et l'action et vous voilà embarqués dans une histoire drôle, émouvante qui parvient à vous faire rêver sous le ciel bas d'Ostende.


Revenir en haut Aller en bas
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 44
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Isabelle Huppert   12/8/2010, 02:08

Le film m'aurait bien tenté... seulement, il ne passait déjà plus dans les grandes salles parisiennes... Sad Crying or Very sad Paris et le cinéma d'auteur, c'est pas vraiment ça... surtout dans les grands complexes bourrés au pop-corn crasseux.

Utopie a écrit:
Non je n'ai jamais vu Isabelle Huppert dans un mauvais film, je l'aime beaucoup, elle est subtile et chausse les rôles comme des bottes de sept lieues !

Alors en attendant, je vous renvoie sur le fil de Claire Denis pour son interprétation de femme au bord de la folie dans l'Afrique post-coloniale de White Material.
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 44
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Isabelle Huppert   30/8/2010, 02:48


Au milieu d'une campagne calme et désertique s'étend à perte de vue une autoroute inactive, laissée à l'abandon depuis sa construction. Au bord du bitume, à quelques mètres seulement des barrières de sécurité, se trouve une maison isolée dans laquelle vit une famille. Les travaux vont reprendre et on annonce l'ouverture prochaine de l'autoroute à la circulation, bouleversant ainsi le quotidien de cette famille quelque peu marginale.

Première : "Intriguant sans jouer la pose, malin sans jamais intellectualiser, Home est une révélation."
Metro : " Radical et poétique... Un chef-d'oeuvre est né ! "
Telerama : " (…) la plus grand qualité du film, c’est d’être parfaitement original. "
Cahiers du Cinema : " Road movie de l'impasse, Shining du troisième type, Trafic du septième continent. "
Brazil : "Remarquable fable sur la famille, l’isolement, la différence, l’idéal, l’amour et la folie, Home est l’anti-road-movie."

Et des critiques aussi élogieuses, je pourrais vous en trouver encore des dizaines. Le pire, c'est qu'il s'agit d'un tout premier film, par conséquent prometteur. Je ne suis pas critique mais je partage tous ces avis. Comment rester scotcher devant son écran lorsque l'on ne voit qu'une maison au bord d'une autoroute entièrement vide ! Là est toute la force de cette première réalisation de Ursula Meier avec les interprétations magistrales d'Isabelle Huppert et de Olivier Gourmet.

Home (puisqu'il s'agit de ce film) a reçu notamment le Prix du meilleur metteur en scène au Festival du Film d'Angoulème en 2008, ainsi que Trois Quartz (les équivalents des Cesar suisses, la réalisatrice étant franco-suisse), fiction, scénario et espoir d'interprétation pour le Vaudois Kacey Klein Mottet, 10 ans.

Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Isabelle Huppert   1/9/2010, 07:34

L'affiche me fait penser à .Edward Hopper
Revenir en haut Aller en bas
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 44
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Isabelle Huppert   1/9/2010, 07:42

Utopie a écrit:
L'affiche me fait penser à .Edward Hopper

Je n'y avais pas pensé, mais... effectivement. Et aussi à Erwin Olaf. cheese moq
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
claclacla

avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 18/08/2010

MessageSujet: Re: Isabelle Huppert   2/9/2010, 03:10

Le Mouton Sauvage a écrit:
Le film m'aurait bien tenté... seulement, il ne passait déjà plus dans les grandes salles parisiennes... Sad Crying or Very sad Paris et le cinéma d'auteur, c'est pas vraiment ça... surtout dans les grands complexes bourrés au pop-corn crasseux.

Utopie a écrit:
Non je n'ai jamais vu Isabelle Huppert dans un mauvais film, je l'aime beaucoup, elle est subtile et chausse les rôles comme des bottes de sept lieues !

Alors en attendant, je vous renvoie sur le fil de Claire Denis pour son interprétation de femme au bord de la folie dans l'Afrique post-coloniale de White Material.

Tu trouves ? Jsais pas moi depuis que je suis à Paris j'ai plus le temps d#aller au cinéma (études prenantes). Je sais que dans des villes comme Nancy et Metz t'as les Caméo ! Mais à Paris je vais souvent voir les films d'auteurs dans un ciné près de Batille.
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Isabelle Huppert   2/9/2010, 06:27

Bien oui, il y a de gros complexes certes mais aussi des salles d'art et d'essai.

Je viens de chercher si une de celles où j'allais souvent est toujours ouverte, après la salle a changé de direction, c'était un ciné associatif où j'ai découvert beaucoup de réalisateurs, elle est toujours classée art et essai, à Courbevoie, sur Paris aussi, va voir sur le site de l'Association du Cinéma d'Art et d'Essai ici.

Et pour en revenir à Isabelle Huppert, j'ai pu voir hier Un barrage contre le Pacifique de Rithy Panh, je l'ai bien aimé dans le rôle de la mère de Suzanne (Marguerite Duras jeune).

Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Un barrage contre le Pacifique   7/10/2010, 14:35

Un barrage contre le Pacifique, un film de Rithy Panh, adapté du roman de Marguerite Duras
Avec Isabelle Huppert, Gaspard Ulliel, Astrid Berges-Frisbey



Indochine, 1931. Dans le Golfe du Siam, au bord de l'Océan Pacifique, une mère survit tant bien que mal avec ses deux enfants, Joseph (20 ans) et Suzanne (16 ans), qu'elle voit grandir et dont elle sait le départ inéluctable.

Abusée par l'administration coloniale, elle a investi toutes ses économies dans une terre régulièrement inondée, donc incultivable. Se battant contre les bureaucrates corrompus qui l'ont escroquée, et qui menacent à présent de l'expulser, elle met toute son énergie dans un projet fou : construire un barrage contre la mer avec l'aide des paysans du village.

Ruinée et obsédée par son entreprise, elle laisse à Joseph et Suzanne une liberté quasi-totale. C'est alors que M. Jo, fils d'un riche homme d'affaires chinois tombe sous le charme de Suzanne. La famille va tenter d'en tirer profit...


J'appréhendais un peu de voir le film, non parce qu'il est adapté d'un roman, j'arrive un peu à dissocier livre et film mais j'adore l'écriture de Marguerite Duras que je trouve assez imagée, sensible, en même temps j'aime beaucoup l'actrice Isabelle Huppert et j'avais lu de bonnes critiques à propos du réalisateur Rithy Panh. Après l'avoir vu, mon avis reste mitigé, très contente de retrouver cette histoire, on ressent assez bien l'atmosphère boueuse du film dans tous les sens du terme, magouilles, colonisation, corruption, la misère et cet argent qui tourne, ce monde où tout s'achète pour ceux qui peuvent et souvent les colons.

Ce qui m'a déplu c'est le jeu des acteurs Astrid Berges-Frisbey (Suzanne) et Gaspard Ulliel (Joseph) jouant les deux enfants, soit Marguerite Duras et son frère, je n'ai pas réussi à accrocher. Leur mère jouée par Isabelle Huppert est par contre convaincante dans ce rôle de femme à la fois rude et perdue, qui cherchera à sauver son entreprise de façon desespérée, sans se préoccuper des enfants. C'est assez juste par rapport à l'histoire que j'ai retenue en lisant le roman.


Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Isabelle Huppert   8/10/2010, 09:25

Un barrage contre le Pacifique [suite]


Un article ici à propos du film !
  • extrait
    Rithy Panh explique dans le documentaire « Oncle Rithy » (2009) de Jean-Marie Barbe, qui lui est consacré, avoir voulu s'approprier cette œuvre de Marguerite Duras qu'il affectionne particulièrement.

    Avec à l'esprit une préoccupation : qu'est-ce qu'un cinéaste cambodgien peut apporter à ce texte et comment l'interpréter fort de son propre vécu, celui d'un Cambodgien rescapé du régime khmer rouge, au sortir duquel il trouva refuge en France avant, plus tard, de devenir diplômé de l'Institut des hautes études cinématographiques, à Paris ?

Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Isabelle Huppert   12/10/2010, 14:39

Isabelle Huppert, très présente dans la filmographie de Benoît Jacquot, joue le rôle d'Ann, pianiste dans Villa Amalia.

On parle du film sur le fil du réalisateur Benoît Jacquot par ici

Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Isabelle Huppert   4/11/2010, 13:56

Utopie a écrit:
Un barrage contre le Pacifique, un film de Rithy Panh, adapté du roman de Marguerite Duras

Un article interview de ce réalisateur à propos du film et de son pays et du fameux barrage.

Citation :
Dompter les hautes marées qui submergent d'octobre à février les terres et rendent le sol toxique : là où la mère de Marguerite Duras, Mme Donnadieu, a échoué sans doute faute de moyens techniques et financiers, les ingénieurs du protectorat français, au cours des années 30, puis, plusieurs décennies plus tard, à la fin des années 90, l'Agence française de développement (AFD), instrument financier de la coopération française, et ses partenaires, ont réussi.
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Isabelle Huppert   16/11/2010, 13:41

Bernique a écrit:
On la connait tragique, inquiétante, grave ... on la découvre drôle, légère, fantasque.

Dans Copacabana de Marc Fitoussi, Isabelle Huppert nous entraine dans le tourbillon de sa fantaisie.

Je l'ai vu et c'est un film que j'ai apprécié également. On aurait presque envie d'aller à Ostende en plein hiver mais sans les plumes de Rio !

Isabelle Huppert est surprenante mais tout de même reconnaissable, un peu trop peut-être, ce rôle de femme fantasque lui va bien, même si c'est quand même une fantaisie un peu rigide peut-être un peu à son image lorsqu'elle danse, où elle ne semble pas très à l'aise. En même temps, si je ne la trouve pas beaucoup plus fantaisiste, elle joue souvent des rôles de femmes singulières comme dans Villa Amalia, Un barrage contre le Pacifique, c'est en ce sens que je l'ai retrouvé et avec plaisir.


J'ai eu un peu de mal à y croire à cette femme, je ne la trouvais pas très fantaisiste, libre oui alors la fantaisie arrive plutôt vers la fin, le reste on le suppose lorsqu'elle la fille parle de son enfance.
J'ai été très touchée par ce film, le jeu d'Isabelle Huppert étant quand même dans le registre de la fragilité, la fantaisie que je n'ai pas totalement ressentie a justement laissée la place à la sensibilité de cette femme, à tel point que j'avais plutôt le coeur serré en regardant le film que le coeur à rire et pourtant il y a beaucoup de moments souriants. Ce n'est pas un film morose du tout mais il y a un sentiment
Bernique a écrit:
Aux côtés d'Isabelle Huppert, toujours aussi lumineuse, on retrouve Luis Rego attachant et tendre, et on découvre Lolita Chammah, la propre fille d'I Huppert.
Oui elle est lumineuse, une petite anedocte, mon attention a été attirée par son extrême minceur depuis Villa Amalia et pour ce rôle, cela contribue à son côté fantaisiste, elle a une allure d'adolescente.
Même sentiment pour Luis Rego... superbe acteur

Un film très sympa et dépaysant géographiquement mais aussi au coeur de la production cinématographique.
Bernique je ne sais pas si tu as vu le film Villa Amalia, je crois qu'il te plairait vraiment et pour Copacabana Mouton's certainement !
Revenir en haut Aller en bas
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 44
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Isabelle Huppert   8/8/2011, 14:48

Utopie a écrit:
On aurait presque envie d'aller à Ostende en plein hiver mais sans les plumes de Rio !

Allez à Ostende en Hiver et à Rio en été, ça me plairait aussi...

et comme qui dirait un grand chanteur français :
A Ostende
Je tire au stand
Je gagne des otaries

La mer se retire
Cache ses rouleaux
A l'ombre des digues
Elle et moi on s'ennuie

Nos souvenirs
Font des îles flottantes
A Ostende
J'ai la hantise de l'écharpe
Qui s'effiloche à ton cou

A Ostende j'aime Epinal
Ses ondées lacrymales
A l'arrivée du ferry

Alain Bashung.

A Ostende, pas sûr que j'y mette les pieds un jour, surtout en multi-propriété...
Je n'ai rien contre, mais difficile d'y voir une opportunité pour y fouler ses plages. Quand au ferry, je préfère le laisser aux touristes...
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Isabelle Huppert   

Revenir en haut Aller en bas
 
Isabelle Huppert
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Isabelle Ciaravola
» Bonne fête Isabelle
» Isabelle Moretti
» Isabelle Grussenmeyer
» Isabelle Gaignier

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: La Galerie Art et Essai :: Cinéma-
Sauter vers: