Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tim O’Brien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Tim O’Brien   17/8/2010, 12:53

Juillet 1969. Remise des diplômes universitaires, bringues furieuses et fêtes endiablées. Que reste t-il de ces années ?

Juillet 2000. Ces mêmes étudiants d’antan (beaux, riches et célèbres) se retrouvent lors d’une énième réunion des anciens, en l'occurrence la trentième.


Tim O'Brien.
Juillet, Juillet.



Il était près de midi quand la chaleur de juillet réveilla enfin Amy Robinson et Jan Huebner. Jan s’était endormie comme une masse sur le lit d’Amy et elles se trouvaient allongées côte à côte, comme au temps où elles étaient camarades de chambre, se plaignant tour à tour de la vodka de mauvaise qualité et de l’âge mûr. Jan lui confessa qu’elle était ménopausée depuis quelques mois. « Aussi asséchée que la Pecos, dit-elle. Et tu sais ce qu’il fait ce salopard de Richard, sitôt qu’il voit ça, l’ordure, il me quitte pour trouver des eaux plus arrosées. Il me fait au revoir de la main. Un sourire. Et s’en va tranquillement.

- Arrête, arrête, arrête, dit Amy.
- Tu as raison, je suis grotesque. » Jan gémit et se rassit. Son rouge à lèvres Prune de Minuit était assorti aux poches bouffies qui lui cernaient les yeux. « Une question importante, est-ce que la Pecos est asséchée ?
- Là, c’est une colle.
- Le Sahara, alors ?
- C’est déjà mieux. Mais à mon avis, ce n’est pas une rivière.
- Pas une rivière ?
- Je ne crois pas.
- Merde alors.
»


Le constat est terrible : 30 ans après, où est passé le bonheur des années d’antan ? Que sont-ils devenus ? Ils rêvaient de grands mariages, d’amour et de fraternité, d’abolition des privilèges et de fin du Viêt-Nam. Ils espéraient refaire le monde, changer l’avenir ou trouver simplement le bonheur. Mais au lieu de ça, ils se retrouvent en pleine chaleur d’un mois de juillet, dans un campus désertique, à compter les absents, à se remémorer les gloires du passé, tout en se saoulant de façon pathétique et se goinfrant de pizzas réchauffés. Certains ont une jambe en moins, souvenir du Viêt-Nam, d’autres une perruque en plus, souvenir d’une chimiothérapie drastique. Il y a aussi ceux qui n’ont pas eu la chance de faire partie des survivants (peut-être, eux, ont-ils trouvé le bonheur). Ils vivent dans des banlieues huppées, mariés, divorcés, remariés et séparés. Ils sont riches ou presque. Ils vivent dans l’opulence, mais le plaisir s’est absenté depuis trop longtemps. Ils survivent tout simplement, dans cet univers froid et individuel de la petite bourgeoisie blanche et « bien-pensante ».
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Tim O’Brien   21/8/2010, 01:40

1969 - 2000 : 30 ans... Tim O’Brien avait 23 ans lors de cette fameuse année 1969. Il connait donc parfaitement les espérances de cette époque. 30 courtes ou longues années qui ont ravagé toute une génération. Un règlement de compte sur la vie que le temps a finalement gagné en mettant fin à tous les espoirs de cette promotion 69, seule la nostalgie d’une époque idéalisée met encore du baume au cœur.

Spook Spinelli ôta sa minijupe en métal, s’enroula dans une grande serviette, se ravisa, enleva la serviette, enfila une paire de talons hauts et parcourut le long du couloir humide qui menait aux douches des dames du premier étage de Collins Hall. D’habitude, Spook aurait été un peu déçue de voir la salle déserte, pas de bavardages entre filles, pas de regards envieux, pas de compliments équivoques sur son cul bien conservé. Mais cette fois-là, elle éprouva du dégoût et de la peur. Le dégoût s’en irait sous la douche, comme toujours, mais la peur résistait à l’eau et au savon. Elle était incrustée en elle depuis qu’elle était petite : peur d’être seule, peur de ne pas être seule.

Tout en se frottant pour enlever toute trace de Billy McMann, Spook fredonnait un air qui en son temps avait valu à son ex-rocker de Los Angeles d’engranger des dollars à la pelle. Elle songea à lui passer un coup de fil, ce qui la fit rire, puis elle songea à avaler le contenu de l’extincteur rouge au bout du couloir. Glisser l’embout dans sa gorge. Appuyer sur la détente.


Tim O'Brien, né le 1er Octobre 1946 à Austin, Minnesota, écrit principalement sur son expérience dans la guerre du Vietnam et de l'impact de la guerre sur les militaires américains qui ont combattu là-bas.
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
 
Tim O’Brien
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mike O'Brien
» Photos et gifs [Aliyah O’Brien]
» Interviews et Articles sur Aliyah O'Brien
» ROBERT GORDON: CONAN O’ BRIEN, EURO TOURS !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: Ivre de livres :: La Bibliothèque :: US - Canada-
Sauter vers: