Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Xavier Dolan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Xavier Dolan   12/9/2010, 14:06


Xavier Dolan (né en 1989) est un comédien, acteur de doublage, scénariste et réalisateur québécois.

Il débute sa carrière à la télévision, dans une vingtaine de publicités, des longs-métrages québécois, puis un rôle dans le court métrage, Miroirs d'été, d'Étienne Desrosiers, sélectionné à Berlin, il est Antoine dans le film de Pascal Laugier, Martyrs.

Il s'est fait connaître du public et dans le milieu cinématographique en tant que réalisateur avec son premier long-métrage J'ai tué ma mère dont il a écrit le scénario deux ans plus tôt, à 17 ans, sélectionné à la 41e Quinzaine des Réalisateurs, au cours de la 62e édition du Festival de Cannes en 2009. où trois prix lui sont décernés : le prix Art et Essai remis par la Confédération internationale des cinémas d'art et essai (CICAE), le prix de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques (SACD) pour le scénario et le prix Regards jeunes pour les longs métrages.

Les trois jurys soulignent le caractère unique de sa réalisation, la vérité, la violence et la poésie de la langue, ainsi que la "sueur" (Xavier Dolan aurait un tatouage sur la jambe gauche ou droite, citant Cocteau : «L'œuvre est une sueur.»), l'acharnement du jeune cinéaste et sa foi en ses projets.


Ce n'est pas les récompenses où sa notoriété qui m'ont donné envie de voir le film mais c'est le sujet du film qui m'a attiré, une relation entre une mère et son fils de 16 ans, cordon ombilical qui se déchire, sentiments contradictoires, c'est l'histoire que l'on connait tous, âge des doutes, des découvertes ou l'enfant devient homme ou femme et trouve sa place d'adulte plus ou moins facilement.

Xavier Dolan joue le rôle de cet adolescent dans ce film vraisemblablement autobiographique, en tout cas très inspiré vu l'âge où il a écrit le scénario.

Je l'ai vu et j'ai été happée par ce film, j'en parlerai plus précisément prochainement.

A suivre ...
Revenir en haut Aller en bas
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 44
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Xavier Dolan   4/10/2010, 14:18

Sortie mercredi dernier : Les Amours Imaginaires de Xavier Dolan. Un film très brillant, très pop, avec de nombreux ralentis et gros plan. La musique de film passe elle de Wagner à France Gall.

Avec Monia Chokri, Niels Schneider, Xavier Dolan
Genre : Drame
Durée : 01h35 min


Synopsis : Francis et Marie, deux amis, tombent amoureux de la même personne. Leur trio va rapidement se transformer en relation malsaine où chacun va tenter d'interpréter à sa manière les mots et gestes de celui qu'il aime... Ce film a été présenté dans le cadre de la sélection Un Certain Regard lors du 63ème Festival de Cannes.

Un film qui me tenterait bien, alors pour se faire une idée, je vous présente deux critiques diamétralement opposées :

Le Monde - Jean-Luc Douin : 1 étoile
Placé sous le signe d’une citation d’Alfred de Musset, lorgnant ici vers Jean Cocteau et citant là (à deux reprises) le “bang bang” de Dalida, le film aligne confessions drolatiques de jeunes individus lambda en proie aux affres du désintérêt amoureux ou de la rupture, effets stroboscopes, ralentis, esthétiques de clips. Le gay rêve de James Dean en sourdine et se masturbe en reniflant le caleçon de son insaisissable proie, la romantique en robes vintages cache sa candeur derrière un masque agressif et un phrasé ultra snob (Monia Chokri possède un art de la roucoulade atonale à la Jeanne Balibar). Xavier Dolan est habile à mixer images et sons, un savoir faire que l’on qualifiera de super mode, de signe d’instinct créatif ou de science de l’emprunt, selon son degré de connivence. Pour notre part, c’est plutôt le qualificatif de “Léos Carax du pôvre” qui nous vient à l’esprit.


Les Inrocks - Jean-Marc Lalanne : 4 étoiles
Mais tout autant que l’amour, c’est le cinéma qui constitue un imaginaire chez Xavier Dolan. Certes, il répète à longueur d’interviews que toute ressemblance entre ses procédés d’écriture et ceux de cinéastes connus (les ralentis de Wong Kar-wai, le colorisme d’Almodóvar) est fortuite. Pourtant, Les Amours imaginaires habite totalement le pays du cinéma, et le film étonne par sa vitesse d’assimilation. Comme si pour ce très jeune homme (21 ans), In the Mood for Love, Almodóvar ou même Les Chansons d’amour (les amours à trois + l’apparition de Louis Garrel) appartenaient déjà à l’histoire du cinéma et étaient déjà disponibles en peer to peer cinéphile. Le film y pioche des figures avec la même fraîcheur, la même désinvolture que celles dont usaient Kar-wai ou Honoré en citant la Nouvelle Vague. J’ai tué ma mère étonnait surtout par l’habileté de dialoguiste de Dolan, la fermeté de sa direction d’acteur (à commencer par celle qu’il exerce sur lui-même), son sens de la rupture de ton. Avec Les Amours imaginaires, il déploie aussi une étonnante virtuosité plastique. Le film est une irrésistible mosaïque de couleurs et de mélodies (le track-listing de la BO est impeccable) qui exacerbent tous les sens, une superbe étoffe soyeuse et chamarrée.


A vous de choisir...
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Xavier Dolan   4/10/2010, 15:38

Ca me dirait bien de le voir franchement, le premier n'est pas parfait et j'en parlerai plus mais il m'a marqué, peut-être par son sujet, la vie des ados me touchent toujours mais aussi la réalisation et le jeu des acteurs m'ont plu.

Donc je note à voir ... quand ça sera possible ou à la sortie DVD.
Et si tu vois l'autre, j'aimerai avoir d'autres opinions que la mienne ... té pardi !

Revenir en haut Aller en bas
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 44
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Xavier Dolan   5/10/2010, 01:03

Utopie a écrit:
Et si tu vois l'autre, j'aimerai avoir d'autres opinions que la mienne ... té pardi !

J' l'ai vu hier soir, c'est pour cette raison que j'ai relancé le fil...
et j'en parlerai... ce soir ? peut-être ?
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: J'ai tué ma mère   5/10/2010, 14:00

J'ai tué ma mère, premier film de Xavier Dolan.


Avec Xavier Dolan, Anne Dorval, Suzanne Clément, François Arnaud, Patricia Tulasne, Monique Spaziani, Niels Schneider


Avec ce titre, j'avais tout de suite envie de voir le film, titre frappant qui me faisait penser à une histoire de famille, et c'est bien le thème du film.

L'histoire d'une mère divorcée, Chantal jouée par Anne Dorval qui élève seule son fils Hubert, Xavier Dolan lui même, adolescent en pleine mutation (! oui les adolescents mutent...). Dès le début, on plonge au coeur de cette relation conflictuelle, disputes et querelles, violence verbal du fils et reproches à la mère, qui semble bien déroutée de ses affrontements quotidiens.


Le spectateur est projeté dans ce huis clos conflictuel, le cadre est souvent très serré, voiture, appartement petit et plein d'objets, l'atmosphère étouffante est là, comme le miroir des sentiments de cet adolescent qui n'en peut plus. De quoi ? de sa mère, de la société, de tout, les questions se bousculent comme chez tout adolescent et les réponses sont absentes ou insatisfaisantes comme souvent durant cette période. Et puis l'étouffement chez la mère aussi, train train quotidien, vie sans passion, sans amour, parfois je me demandais si elle était indifférente, je crois qu'elle est comme endormie dans une vie où elle fait ce qu'elle peut et où elle ne reconnait pas le petit enfant qui a grandit.
En tant que spectatrice, j'ai bien ressenti ce huis clos, impossible d'y échapper, ce jeune réalisateur prend son public par le cou pour lui crier ce que son personnage a sur le coeur, j'ai beaucoup aimé ce film, comme un coup de poing qui réveille notre propre adolescence et selon, nos sentiments d'adultes ou de parents.

L'appartement et sa décoration particulièrement soignée renforce cette impression d'oppression.


Revenir en haut Aller en bas
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 44
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Xavier Dolan   6/10/2010, 14:37

La première partie est presque hilarante. Je ne devrais pas mais les premiers échanges entre la mère et le fils m’ont souvent fait sourire. Bien que le drame se joue dès les premières phrases, et qu’il n’y a pas de drôlerie dans les propos, mais en tant que français, cet accent canadien avec son débit aussi rapide et ses intonations toutes particulières me prête particulièrement à sortir mon sourire moqueur. J’ai presque honte…


Passé l’accoutumance à ce délire débit verbale, je reprends mon sérieux et découvre un film extrêmement attachant et plus complexe qu’il n’y parait sur les relations ado-adulte. Basé sur une grande part autobiographique, Xavier Dolan, qui joue le rôle de l’ado, a écrit ce scénario à 17 ans. Certains diront que c’est le moment de la crise de l’adolescence, la perte des valeurs, le moment de l’affirmation de soi et le débranchement du cordon familial. L’histoire m’a beaucoup touché, et cette bataille verbale entre l’ado et sa mère est des plus effrayants. Est-ce que Xavier Dolan n’en fait pas un peu trop, est-ce que son personnage n’est pas justement borderline dans l’extrême ? En tout cas, pour un premier film, c’est vraiment d’une superbe réussite. Du fait que le thème de l’homosexualité est à peine frôlé dans le film, était-ce bien utile d’en faire un sujet de « querelles » et d’incompréhension supplémentaire. Sinon, je le conseille vivement et suivrais de plus près ses prochains films, en commençant par « Les Amours Imaginaires ».
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Xavier Dolan   7/10/2010, 14:08

Je n'ai pas trouvé ce garçon bordeline... il est assez classique, il l'aurait été si il avait trop loin dans une violence physique, un détachement total, une marginalité mais là je n'ai pas ce sentiment, la touche d'homosexualité un problème rencontré souvent tu, est ce de trop, je ne sais pas, j'ai bien aimé et dans la colère, dans ce sentiment d'amour/haine vis-à-vis de sa mère, je l'ai trouvé assez juste et ? frais, peut-être parce que le réalisateur n'est pas loin de son adolescence justement.
Il est fougueux mais ça fait du bien et puis même si certains ados n'oseraient pas autant en dire, beaucoup le pensent donc j'ai trouvé ça assez juste.

Il y a pas mal de références à d'autres cinéastes et tu as dû reconnaître la musique entendu dans In the Mood for Love (Yumeji's theme de Shigeru Umebayashi) de Wong Kar-wai avec le ralenti à l'image sur l'ado qui marche, aimant beaucoup ce film, j'ai aimé ce clin d'oeil.

Je crois que dans la BO il y a d'autres références musicales, une chanson de Noir désir, Vivaldi ...

J'ai aussi beaucoup souri avec leur accent au début mais très vite, j'ai oublié, c'est vrai que ce film contient tous les ingrédients du genre, la gentille prof, le copain homo, la mère divorcée, le père absent ou à côté, la mère du copain trop libre, des clichés mais possibles, j'ai bien aimé le film avec un ton violent sans tomber dans la caricature quand même, on voit bien le réveil de l'enfant qui n'idéalise plus sa mère, ce qui ne veut pas dire qu'il ne l'aime plus même si il se rebelle.
Revenir en haut Aller en bas
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 44
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Xavier Dolan   8/10/2010, 02:56

Utopie a écrit:
Il y a pas mal de références à d'autres cinéastes et tu as dû reconnaître la musique entendu dans In the Mood for Love (Yumeji's theme de Shigeru Umebayashi) de Wong Kar-wai avec le ralenti à l'image sur l'ado qui marche, aimant beaucoup ce film, j'ai aimé ce clin d'oeil.

Effectivement, je ne savais pas si le thème musical était exactement le même, mais le ralenti + le tango, j'ai pensé tout de suite à un hommage à Wong Kar-wai. Il y a certaines images fortes, simples mais inoubliables. Cette scène de In The Mood for Love en est une, incontestablement, et la reprendre tel quel, presque à l'identique, est un formidable clin d'oeil de Dolan au cinéma qu'il apprécie.

Utopie a écrit:
Je n'ai pas trouvé ce garçon bordeline... il est assez classique

Je ne connais pas encore le comportement d'un ado "classique". J'espère avoir encore quelques années devant moi.. Dans dix ans, je changerai certainement d'avis...
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Xavier Dolan   12/10/2010, 02:59

Le Mouton Sauvage a écrit:


Utopie a écrit:
Je n'ai pas trouvé ce garçon bordeline... il est assez classique

Je ne connais pas encore le comportement d'un ado "classique". J'espère avoir encore quelques années devant moi.. Dans dix ans, je changerai certainement d'avis...
Peut-être pas à ce point... tout dépend aussi de la relation construite entre parents, enfants, mais oui l'adolescence ça remue, les premiers concernés les ados et puis les parents, ils nous remettent pas mal en cause si on veut bien l'admettre.
Si nos enfants restent notre centre d'intérêt, on sent bien qu'à cette période, il vaut mieux commencer à changer d'air aussi, et surtout que nous ne sommes plus tout à fait dans leurs idéaux, même si je crois que ça revient plus tard.

A propos du film, je voulais dire que même si tous les ados ne réagissent pas aussi fortement (franchement ? mais en colère, on parlerait de respect) je crois que beaucoup pensent et nous aussi peut-être comme ce garçon, sans l'exprimer à haute voix ?
Se sentir bloqué par l'autorité, les parents et leur en vouloir c'est assez humain, détester les petits défauts du quotidien c'est assez naturel (?) enfin je le ressens comme ça, maintenant tout le monde ne l'exprime pas comme il le fait certes...
En même temps, sa vision n'est pas tout à fait infondée, dans ce film sa mère réagit avec des solutions toutes faites, appelle enfin (!) le père et inscription dans une pension ... y'a de quoi avoir la haine.

Mais même sans ça, je crois que l'on ressent ces petits rejets de la part d'un adolescent, certainement salutaires pour tous même si ce n'est pas facile.

Une image amusante, agaçante enfin tu verras ça dans 10 ans .. hiii, non la mèche du gamin est assez représentative de ce qui peut agacer Smile






Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Xavier Dolan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Xavier Dolan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le suicide français (Eric Zemmour)
» tab messages Xavier Rudd
» Tablature(s) Xavier Rudd
» Xavier rudd en vidéo
» Ramblin' Jimmie DOLAN

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: La Galerie Art et Essai :: Cinéma-
Sauter vers: