Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Zhang Yimou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Zhang Yimou   11/10/2010, 11:34

Zhang Yimou est un réalisateur chinois né en 1951 à Xi'an, en Chine.


A partir de la Révolution culturelle en 1966, Zhang Yimou, contraint d'arrêter ses études, part travailler trois ans dans une ferme puis sept ans dans un atelier de tissage. Durant cette période, il poursuit une activité de peintre et de photographe amateur.

À la réouverture de l'Université de cinéma de Pékin en 1978, Il sort diplômé de la faculté en 1982, comme Chen Kaige et Tian Zhuangzhuang. Tous trois sont considérés comme les chefs de file de la « cinquième génération », groupe de cinéastes chinois ayant étudié le cinéma après la Révolution culturelle et qui, influencés par la Nouvelle Vague française, osent revendiquer plus de liberté dans leur création puis évoquer l'héritage maoïste de manière critique.

En 1987, il réalise son premier long métrage Le Sorgho rouge (adaptation du Clan du sorgho de Mo Yan) qui remporte l'Ours d'or au Festival de Berlin en 1988.
Zhang Yimou réalise de nombreux films importants, pour la plupart des fresques marquées par la grande beauté des images et par la critique sous-jacente des modèles historiques chinois (la féodalité impériale, la Révolution culturelle, la République de Deng Xiaoping...).
Ses films se caractérisent également par une esthétique exotique propre à émerveiller les spectateurs par la magnificence des décors et des costumes.

Surfant sur le renouveau du wu xia pian (1) relancé par le film Tigre et Dragon d'Ang Lee, il réalise Hero où les plus grandes stars du cinéma de Hong Kong sont réunies et qui est loué pour le travail du directeur de la photographie Christopher Doyle sur l'utilisation des couleurs, mais certains critiques occidentaux lui reprochent son sous-texte idéologique justifiant le totalitarisme pour assurer la stabilité de l'empire.
Il s'agit d'un tournant dans la carrière du cinéaste qui délaisse le cinéma d'auteur pour s'inscrire dans le grand spectacle mâtiné d'effets spéciaux avec ensuite Le Secret des poignards volants et La Cité interdite. On a alors accusé Zhang Yimou de délaisser le cinéma contestataire pour devenir le réalisateur officiel de la République chinoise.

Filmographie

* 1987 : Le Sorgho rouge
* 1989 : Judou
* 1989 : Opération jaguar
* 1991 : Épouses et concubines
* 1992 : Qiu Ju, une femme chinoise
* 1994 : Vivre !
* 1995 : Shanghai Triad
* 1997 : Keep Cool
* 1999 : The Road Home
* 1999 : Pas un de moins
* 2000 : Happy Times
* 2002 : Hero
* 2004 : Le Secret des poignards volants
* 2005 : Riding alone : Pour un fils
* 2007 : La Cité interdite
* 2009 : A Woman, a Gun and a Noodle Shop


(1) Le wu xia pian de cinéma chinois, aussi appelé « film de sabre chinois »
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Zhang Yimou   11/10/2010, 11:42

Je commence par un film que j'ai vu il y a déjà un moment, ce film m'a marqué par son esthétique à couper le souffle mais aussi par le portrait des femmes de cet homme, qui vivent chacune dans des petits appartements (Gynécée) au coeur d'un palais, attendant le bon vouloir du maître et qui se livre à des manigances de toutes sortes afin d'être la préférée. Zhang Yimou dénonce les rigidités sociales et prend la défense des femmes, principales victimes d’un pouvoir masculin tout puissant.
Un film assez long mais qui est bien rythmé et les rebondissements tiennent l'attention du spectateur, un très beau film qui fait froid dans le dos.

Zhang Yimou
a adapté le livre de Su Tong



Épouses et concubines sorti en 1991

* Gong Li : Songlian, la quatrième épouse
* He Caifei : Meishan, la troisième épouse
* Cao Quifen : Zhuoyun, la deuxième épouse
* Jin Shuyuan : Yuru, la première épouse
* Ma Jingwu : maître Chen Zuoquian
* Kong Lin : Yan’er


Songlian, jeune fille de dix-neuf ans, doit abandonner ses études à la mort de son père et accepte de devenir la quatrième épouse de maitre Chen Zuoqian. A travers son initiation aux rites du clan et sur quatre saisons, le film met en scène les intrigues que les femmes se livrent entre elles pour attirer l'attention du maitre et assurer leur suprématie.



Songlian, instruite, mais pauvre, sera la quatrième épouse de Chen. À son arrivée au domaine, elle lie connaissance avec les autres femmes du maître : Meishan, ancienne chanteuse, qui l'accueille en rivale ; Zhuoyun, amicale et bavarde ; Yun, la plus âgée, et qui semble gouverner sur ce monde, l'engage à l'obéissance.

Chacune des quatre femmes de Chen habite un gynécée dont la porte ouvre sur une cour ; celle-ci, rectangle étroit délimitée par la pente des toits, semble la métaphore visuelle du sexe de ces femmes. Dès que Chen a choisi celle qui aura le privilège de sa visite, la domesticité illumine le rectangle élu, le balisant de lanternes rouges. Ainsi «allumée», la femme est lavée, massée, parée. Au lit, érigé en théâtre dont la scène baigne dans un halo rouge, elle attend que le maître, derrière le rideau de tulle, lui prête vie.

Le poids des traditions est un élément clé de ce huis clos, où chaque femme recevant la visite de l'époux gagne la journée suivante le droit de commander les domestiques.(Wiki)


Un article sur arte : à lire ici

extrait :
Citation :
La jeune Songlian, quatrième épouse d’un maître tout puissant, affronte les intrigues et les complots de ses rivales. Elle sera broyée par un jeu trop subtil pour elle. Une fresque poignante, un réquisitoire contre l’esclavagisme de la femme chinoise.
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Zhang Yimou   21/11/2010, 04:52

Quelques mots sur un film de 2003, vu il y a déjà pas mal de temps, Hero, donc souvenirs lointains, si certaines scènes m'ont paru surréalistes, je n'ai pas non plus un regard très affuté sur ce type de film. Alors certains effets de mouvement sont assez beaux mais me laissent un peu sur le côté, il faudrait peut-être que je le revois en laissant plus la part à l'imaginaire et ne pas me figer sur les effets en vol ...


Avec Jet Li, Maggie Cheung, Zhang Ziyi, Chen Daoming, Donnie Yen, Tony Leung Chiu Wai, Liu Jie, Zhang Yi, Zheng Tia Yong, Cao Hua

Il y a deux mille ans de cela, la Chine était divisée en Sept royaumes. Chacun d'eux combattait les autres pour obtenir la suprématie, tandis que le peuple endurait la souffrance et la mort. De ces sept royaumes, celui de Qin était le plus virulent. Le roi de Qin était obsédé par la conquête de la Chine et le désir d'en faire un seul et même empire.
Les autres royaumes, dont celui de Zhao le plus persécuté, dépêchèrent leurs plus redoutables assassins pour l'éliminer. Lame Brisée, Neige et Ciel comptaient parmi les ennemis les plus recherchés. A quiconque anéantirait ces trois assassins, le roi de Qin promit la puissance et la fortune.

Durant dix ans, ce dessein resta inachevé et le royaume de Qin ne trouvait pas son héros. Jusqu'au jour où le mystérieux Sans Nom se présenta au palais, avec en sa possession les armes des assassins abattus. L'autorisant à approcher à dix pas de lui, le roi le convia alors, à lui raconter son histoire.


Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Zhang Yimou   21/11/2010, 06:59

J'avais bien aimé l'histoire, c'est d'ailleurs elle qui m'avait attiré au départ et puis l'esthétique du film est particulier et intéressant.
Les différents sentiments, événements sont représentés par des couleurs, cela donne un film très coloré évoquant des peintures.

"L'esthétique du film est inextricablement liée à l'intrigue", explique Zhang Yimou. "L'idée d'utiliser des couleurs pour raconter l'histoire est apparue très tôt dans le processus de conceptualisation du film". Ainsi la couleur dominante varie-t-elle en fonction du point de vue selon lequel l'histoire est racontée.



......

Intéressant aussi mais pas approfondi assez à mon goût, le lien fait entre le combat, le mental, la musique et la calligraphie.
Un film à voir et que je reverrai pour ma part, j'avais trouvé que l'ensemble manquait de poésie, si je parle de poésie c'est un point que je retrouve assez souvent dans le cinéma asiatique et que j'aime bien justement, comme dans le film de Shohei Imamura pour n'évoquer que le plus récent.

Une page par ici pour se faire une idée du film, un article détaillé
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Zhang Yimou   21/11/2010, 07:05

Situé dans la Chine de la période des Royaumes combattants, le film raconte un épisode de la vie roi de Qin et la tentative d'assassinat exercée sur sa personne par ses ennemis.

Bien que le nom du roi ne soit jamais mentionné dans le film, on peut l'identifier par son rêve d'unifier la Chine, ce que ses assassins le croient capable de faire : il s'agit probablement du roi Ying Zheng (-259 - -210, règne -246 - -210). En -221, il unifia la Chine sous son commandement et se proclama Qin Shi Huang, c'est-à-dire premier empereur de Chine.

La prononciation de Qin en mandarin est [tɕʰin] (et non [kin], comme on peut l'entendre dans la version française du film). C'est ce qui donna son nom au pays dans les langues occidentales, bien qu'il s'appelle Zhongguo, l'Empire du milieu, en mandarin.




Le réalisateur avec un souci du détail assez pointu donne ici un film avec des combats esthétiques, colorés et très imagés.

...... ........................
Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Zhang Yimou   21/11/2010, 07:16

Les deux blaireaux
......

et la jouvencelle



Super production de l'empire de l'est du milieu qui est au centre
Pyrotechnie et prouesses acrobatiques (juste à l'écran)
Maitrise du soi et zénitude du buveur de thé
Lutte à mort pour la pucelle du siècle qui finit par le rester
Une expérience inoubliable ! (5mn)



paix paix paix
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Zhang Yimou   21/11/2010, 09:08

Fido a écrit:
et la jouvencelle

Non non elles se battent aussi. C'est une épopée historique... romancée, pas mal du tout, et les histoires pour défendre les jouvencelles, c'est partout à l'ouest, on n'en manque pas, des blaireaux non plus, c'est le schéma de 90 % des films.

Allez pour ne pas te donner envie, encore moins est-ce possible Laughing un combat féminin, c'est assez surnaturel avec les effets mais bon ce sont ces moments là qui plaisent à certains et qui font fuir d'autres, j'ai pas particulièrement apprécié ceux-ci, quoique la chorégraphie peut m'intéresser, mais sans rejeter tout le film et puis c'est un coup à prendre de les suivre...



Néophyte dans le genre très codé du "wu xian pian", Zhang Yimou s'est entouré de véritables spécialistes. Ainsi les acteurs Jet Li, Maggie Cheung, Tony Leung Chiu Wai, Zhang Ziyi et Donnie Yen ont-ils tous déjà joué dans un ou plusieurs films de sabre. Donnie Yen a également réglé lui-même les cascades de Blade 2 et Highlander : Endgame notamment.
Coté technique, les combats de Hero ont été chorégraphiés par Tony Ching Siu-Tung (Histoire de fantômes chinois et Shaolin soccer) et photographiés par Christopher Doyle, fidèle collaborateur de Wong Kar-Wai (notamment sur Les Cendres du temps).




Revenir en haut Aller en bas
Fido
Fils des Mothers
avatar

Messages : 1166
Date d'inscription : 31/07/2009

MessageSujet: Re: Zhang Yimou   21/11/2010, 09:23

Sûr, ici on avait Jeanne comme jouvencelle et elle a su en remontrer, même au roi du moment!

Nan, je déconne!
Mais quand même pas sûr que j'aille au ciné la voir... Jeanne non plus d'ailleurs!

sors
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Zhang Yimou   

Revenir en haut Aller en bas
 
Zhang Yimou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Hao Fu Zhang
» Zhang Nan...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: La Galerie Art et Essai :: Cinéma-
Sauter vers: