Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Lee Chang-dong

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Lee Chang-dong   23/10/2010, 08:54


Lee Chang-dong
(1954 à Daegu) est un écrivain, scénariste, réalisateur, producteur et homme politique sud-coréen.

ILfait des études en littérature et est diplomé en 1980. À cette époque la Corée du Sud vit sous une dictature militaire, et il prend part aux manifestations étudiantes contre le régime. Il se consacre au théâtre, écrivant et montant des pièces; il écrit son premier roman Chonri (The Booty) en 1983. Il se place dans un registre polémique qu'il conservera dans toutes ses œuvres futures (ainsi Chonri évoque les émeutes sanglantes de 1980 à Gwangju).

Son entrée dans le milieu du cinéma se fait par l'entremise de Park Kwang-su qui lui propose l'écriture de deux scénarios : To the Starry Island (1993) et A Single Park (1995).

Il passe derrière la caméra en 1997 avec Green Fish, une critique de la société sud-coréenne racontant l'ascension malsaine d'un jeune homme dans l'univers du crime.
Peppermint Candy, en 1999, Il met en exergue les séquelles de la dictature militaire (encore le massacre de Kwangju, la torture dans les commissariats, la crise économique de 1997) en déroulant à rebours sur vingt ans la vie d'un homme qui vient de se suicider.
Oasis; en 2002, reçoit le Lion d'argent du meilleur réalisateur à Venise,
L'histoire atypique décrit l'amour entre un jeune homme attardé souffre-douleur et une handicapée physique.

Il fût ministre de la Culture de Corée en 2003, au gouvernement du président Roh Moo-hyun. Il eut à faire face à l'imposition de quotas sur les productions américaines, permettant un développement des productions locales. Il quitte son poste dès 2004.

Viendront ensuite deux films, Secret Sunchine en 2007 et Poetry en 2010.

(tournicoté à l'aide de Wiki)
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Lee Chang-dong   23/10/2010, 09:51

Secret Sunchine réalisé par Lee Chang-dong, sorti en 2007.


avec Jeon Do-Yeon, Song Kang-Ho, Cho Young-jin, Kim Young-jae, Jung-yeop Seon, Mi-kyung Kim, Kang-ho Song

A la suite du décès de son mari, Shin-ae vient s'installer à Miryang (signifie "ensoleillement secret" d'où le titre du film), la ville natale de celui-ci avec son petit garçon.

Entre ses cours de piano, ses nouvelles relations et Jong-Chan, le patron d'un garage qui tente de se rapprocher d'elle, cette jeune femme douce et discrète débute une nouvelle existence. Jusqu'au jour où la tragédie frappe à nouveau. Face à ce nouveau drame, Shin-ae va tenter de redonner un sens à sa vie.


Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Lee Chang-dong   23/10/2010, 09:59


Vu le résumé, je ne m'attendais pas à voir un film tendre et effectivement tout au long du film le réalisateur explore la souffrance sans voyeurisme certes, aucun esthétisme flatteur et le thème de la souffrance est intéressant. Il n'y a pas de complaisance dans ce film mais étonnamment pas d'émotions pour ma part et là c'est surprenant d'autant plus avec le thème, je m'attendais à ressentir la souffrance, de la tristesse voire me tirer quelques larmes et non, rien.

Pourtant je reconnais le jeu de l'actrice, Jeon Do-Yeon qui joue le rôle principale Shin-ae la mère et a reçu le prix d'interprétation féminine en 2007, est fort, elle s'en sort bien, de toutes évidences un rôle difficile qui a dû demander de la ressource et de l'énergie mais le scénario est lourd. C'est comme sortir d'un repas trop copieux, ce n'est pas la douleur qui est de trop mais tout le reste.
Dans les tentatives de s'en sortir, la jeune femme se tourne vers la religion, ou plutôt la religion la récupère, mais pourquoi pas, sait-on comment affronter l'insurmontable, pas de recette miracle, même si ça peut m'agacer, va pour la religion.
Toute cette expérience est décortiquée, on voit bien les rouages de ceux qui pratiquent la religion et le prosélytisme, ce point est intéressant mais il dure jusqu'à l'écœurement, une demi-heure en moins et le message passait quand même.

Très intéressant aussi le moment à la prison, je n'en dis pas plus pour ceux qui n'ont pas vu le film. J'ai bien aimé l'image du début, ciel bleu, soleil et celle de fin.

Le film a reçu de bonnes critiques et je crois que le thème du deuil, de la souffrance a ému, peut-être un peu trop facilement, pour moi ça ne suffit pas si je ne rentre pas dedans, et ici trop d'insistance non pas sur les drames successifs, mais sur l'émotion, la démonstration du malheur qui tire en longueur et lui enlève au fond une sorte de spontanéité.
Ce n'est pas que la douleur soit sans fin que je reproche, ce qui est évident mais la démonstration de celle-ci sur un film trop lourd et j'ai ressenti une sorte de martèlement sans fin, comme si le réalisateur voulait arracher les larmes des spectateurs. C'est trop et ça n'a pas pris. Dommage, car c'est très intéressant d'aller en profondeur dans les sentiments complexes de la personnalité humaine mais on peut aller loin de façon moins insistante.


Maintenant j'aimerais bien quand même que certains le voient, malgré mon avis pour partager justement les sentiments sur ce film.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Lee Chang-dong   

Revenir en haut Aller en bas
 
Lee Chang-dong
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [News] Jonghyun appelle Jang Dong Gun une fois toutes les deux semaines.
» wynona carr....sa devrais plaire a lockus.
» Tattoos Michael Jackson
» Les petites bourrettes
» Jazz manouche

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: La Galerie Art et Essai :: Cinéma-
Sauter vers: