Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Andreï Guelassimov [Russie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Andreï Guelassimov [Russie]   2/11/2010, 15:39

Portrait d’Andreï Guelassimov.


Né sur les rives du lac Baïkal, Andreï Guelassimov fit des études de lettres à l'Université d'Irkoutsk. A l'Université de Moscou, il suit les cours du metteur en scène Anatoli Vassiliev, et soutient une thèse sur Oscar Wilde. Il a enseigné la littérature anglo-saxonne à Moscou, où il vit actuellement.

Un premier recueil de nouvelles parait alors en 2001, « Fox Mulder a une tête de cochon », où il dissèque alors le quotidien de la société russe. Un constat teinté d’amertume s’impose de ses écrits. Pourtant, il en ressort souvent une pointe d’espoir et d’optimisme cachée dans l’âme humaine.

L’année suivante sort un formidable roman, « La Soif », qui deviendra certainement un classique de la littérature contemporaine russe. Classique et remarquable, une œuvre courte et concise mais sans concession qui marquera certainement les esprits de chaque lecteur (le mien en premier).

2006, « L'année du mensonge », un regard sur les faubourgs de Moscou...
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Andreï Guelassimov [Russie]   3/11/2010, 15:15

Kostia a soif ! Rien de plus anormal en Russie. Sauf que Kostia est déjà ivre-mort et que dans la cuisine s’amoncellent plusieurs dizaines bouteilles de Vodka. Car, dans le personnage de Kostia, c’est toute la Russie qui noie son chagrin dans de la Vodka, jusqu’à plus soif, jusqu’à la mort même. Et Kostia, la mort, ça le connait bien. Il est revenu de la guerre de Tchétchénie complètement défiguré, s’ensuit alors une vie civile totalement tronquée d’espoir où son seul avenir semble celui de faire peur au fils de sa voisine lorsque ce dernier ne veut pas aller se coucher…

Triste sort. Donc, Kostia boit. Il ne peut oublier son visage brûlé alors il boit et boit, s’affale et sombre à même le sol, jusqu’au jour où un de ses compagnons d’infortune et de guerre vienne le chercher pour retrouver un autre de ses camarades perdus lui aussi.

Là-bas, on croise toutes les horreurs de la guerre, celle de Tchétchénie qui nous parait si loin (en tant qu’européen de l’Ouest). Une guerre barbare passée sous silence par nos services d’informations, une guerre qui n’a fait l’actualité sur nos petits écrans que le jour de la mort de la journaliste Anna Politkovskaïa. Vite vue, vite oubliée sauf pour Kostia, presque mort et défiguré à tout jamais pour qui ne lui reste que la vodka… Et le dessin. Et pour savoir dessiner, il faut savoir regarder, observer. C’est en regardant les yeux fermés que Kostia a appris à dessiner et donc appris à vivre. Le dessin, c’est tout ce qui lui reste de sa vie d’avant, celle qu’il avait avant d’être sous les flammes d’un char où ses camarades le croyaient morts.

« Après j’ai commencé à rêver et j’ai eu peur de mes rêves. Parce que les souvenirs me revenaient. Je revoyais tout.

- Putain, il est vivant ! Il est vivant ! criait Guéna. Tire-le de là ! Il va cramer !
- Y a toute une grappe de ces putains de snipers autour ! C’était la voix de Sériola. Je vais plus pouvoir y aller !
- Rampe […]
- Kostia ! Kostia ! crie-t-il. Tu es vivant ? Tu m’entends ?

J’ouvre la bouche. Sur le visage de Pacha – une expression d’horreur. Il éteint le feu sur moi à mains nues. Je veux fermer les yeux, mais je n’ai plus de paupières. Elles ont brûlé.

- On va te sortir de là tout de suite !

Le capitaine court chercher les nôtres. L’adjudant Démidov a été tué. Nom de Dieu ! Tu es complètement brûlé ! Je croyais que tu étais mort ! Kostia, pardonne-moi ! Kostia ! Je croyais que tu étais mort ! »


Un roman bref sur une barbarie humaine. Un roman qui ne donne même pas envie de vider sa bouteille de vodka de peur de sombrer dans les mêmes rêves abyssaux de Kostia. Mais un roman à découvrir car il ouvre une porte dérobée vers un nouveau monde où les yeux ne servent plus à voir et où le dessin transcrit la beauté de l’âme humaine. Et puis de toute façon, je n’ai même pas de vodka dans mon frigo !



une couverture signée David Folvari
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
 
Andreï Guelassimov [Russie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» WELICORUSS - symphonic/black metal de la Sibérie (Russie)
» Andreï PETROV (1930-2006)
» Les Robinzon (Russie)
» [SCULPTURE] en Russie.
» populaire en russie ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: Ivre de livres :: La Bibliothèque :: Europe-
Sauter vers: