Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Jim Sheridan

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Jim Sheridan   9/11/2010, 14:34


« The Boxer », un film de 1998 réalisé par l’irlandais Jim Sheridan avec l’acteur irlando-britannique Daniel Day-Lewis et l’actrice anglaise Emily Watson.

Comme son titre l’indique, il s’agit encore d’un film sur la boxe ou du moins sur un boxer Danny Flynn, mais vu sous l’angle du conflit catholique – protestant au cœur de Belfast pendant les années de guerre entre l’IRA et le pouvoir britannique. On est à des années lumières de l’ambiance Rocky…

Daniel Day-Lewis, alias Danny Flynn, incarne ce boxeur, ancien de l’IRA, à la sortie de quatorze années de prison pour un attentat meurtrier qu’il n’a pas connu. Il n’a jamais dénoncé ses camarades, mais s’est pourtant éloigné des membres de l’IRA au cours de son incarcération. Il décide de reprendre les gants mais sans se battre pour le gain ou pour lui. Par ses combats, il espère réconcilier son peuple, catholiques et protestants réunis autour d’un même ring, Tiré un trait sur son passé, et sauter de nouveau à la corde au milieu des bombardements des patrouilles de char et des kilos de semtex, le challenge est difficile car la violence reste toujours accrue malgré les accords de paix. Car le film de Jim Sheridan est aussi un engagement pour dénoncer les extrémistes des deux camps pour qui la lutte doit continuer, le sang doit encore couler au nom des prisonniers toujours incarcéré dans les prisons britanniques.

Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Jim Sheridan   9/11/2010, 14:53


Un film courageux sur l’univers de cendres et de poussières de Belfast qui remonte donc à une quinzaine d’années. Le conflit n’est donc plus d’actualité, mais en le revoyant, je me suis posé cette question : Est-ce que le ressentiment existe toujours à Belfast ? Est-ce que la ville porte encore les stigmates du déchirement entre catholiques et protestants ? D’un autre coté, j’ai toujours été loin de ce conflit, j’en connais pas ni les causes, ni les raisons, seulement les symptômes qui firent de nombreux morts, inutiles et aveugles, dans les 2 camps. Je n’attends pas de réponse, je garde juste pour moi mon incompréhension sur les causes d’une guerre et du terrorisme.

Tiens donc, ça me donne envie de ressortir mes vieux U2, première époque (avant les années 90). Et si je vous en parlais, hein ? ça branche quelqu'un. ça me donne envie aussi de boire une bonne Guinness, mais à cette heure-ci, pas sûr que je trouve du monde accoudé au zinc pour me servir ma mousse crémeuse...

4 ans avant, l’IRA était déjà au centre du précédent film de Jim Sheridan, « au nom du père », avec toujours Daniel Day-Lewis. Je ne me souviens plus si je l’ai vu, tout comme son premier film « My left Foot », l’histoire vraie du peintre Christy Brown. Je me souviens par contre avoir eu l’envie de voir son dernier, « Brothers », l’histoire de 2 frères dont l’un est porté disparu en Afghanistan tandis que l’autre se rapproche de la femme du disparu jusqu’au jour où ce dernier est retrouvé sain et sauf…




Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Jim Sheridan   9/11/2010, 15:53

Le Mouton Sauvage a écrit:
Tiens donc, ça me donne envie de ressortir mes vieux U2, première époque (avant les années 90). Et si je vous en parlais, hein ? ça branche quelqu'un.
Ah oui tiens !!! ça fait des lustres ... mais alors tellement ...
Citation :
ça me donne envie aussi de boire une bonne Guinness, mais à cette heure-ci, pas sûr que je trouve du monde accoudé au zinc pour me servir ma mousse crémeuse...
Ah là je crois que tu trouveras du monde mais accoudé pas en état de servir Wink
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Jim Sheridan   26/11/2010, 07:59

Je voulais voir My left foot ou The boxer, tes chroniques m'ont donné envie de découvrir ce réalisateur, ils n'étaient pas disponible.
J'ai donc vu In america, l'histoire ne me tentait pas plus que cela et heureusement que j'ai passé cette idée. Un film sur un sujet connu, déjà vu dans de nombreux films, le thème de l'enfant perdu, mais là j'avoue que j'ai été soufflée par ce film.
Il m'a laissé scotchée et franchement malgré les événements qui tournent autour de drames et de survie que ce soit la famille, les autres personnages du film, il y a une telle tension entre les espoirs, souffrances et les revirements de situation, que j'ai trouvé ce film très fort.




Après la perte tragique de leur fils, Johnny et Sarah décident de quitter l'Irlande accompagnés de leurs deux fillettes. En quête d'une vie nouvelle, ils s'installent à New York où leur rencontre avec un artiste tourmenté changera leur existence à jamais.


Avec Paddy Considine, Samantha Morton, Djimon Hounsou, Randall Carlton, Sarah Bolger, Emma Bolger

Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Jim Sheridan   28/11/2010, 10:53

Autant j'ai été touchée par In america, autant je l'ai été moins par le film Brothers, remake du film de Susanne Bier;


L'histoire n'est pas originale, scénario vu et revu avec les soldats de retour du Vietnam ou d'ailleurs..le retour du soldat n'est pas sans douleur, la guerre laisse des traces profondes aux victimes, mais ici ce n'est pas le propos, il est question des blessures psychologiques et traumatismes dus aux missions, tortures, actions commises avec plus ou moins de cruauté, et dans ce film celles-ci sont particulièrement moches.

Sam & Grace forment un couple parfait et sont les parents de deux petites filles. Sam est envoyé par l'ONU en mission à l'étranger et confie à Tommy, son frère tout juste sorti de prison, le soin de s'occuper de sa famille. Lorsque Sam est porté disparu et présumé mort, Tommy et Grace se rapprochent contre toute attente. C'est alors que Sam revient du front...

Avis dont très subjectif de ma part, je n'ai pas été sensible au sujet du film, par contre le casting est riche avec des acteurs que j'ai trouvé assez justes, avec quelques préférences personnelles ... ils n'en font pas trop dans le drame, malgré plusieurs conflits qui se croisent. Les deux petites filles sont troublantes, la plus grande a un rôle important dans l'histoire, émouvante, je ne suis pas sure d'avoir été convaincue par ses paroles... un peu trop adéquates pour le scénario, paroles un peu trop ciblées pour son âge.
Jake Gyllenhaal, Tobey Maguire, Natalie Portman, Patrick Flueger, Mare Winningham, Sam Shepard, Bailee Madison, Isabelle Cahill


Ce n'est pas un mauvais film mais je ne suis jamais emballée lorsque l'on nous explique que les soldats volontaires et dans l'histoire c'est de père en fils, aient malheureusement des séquelles sur tous les plans quand ils rentrent suite à une guerre.
C'est dur d'être soldat ? la guerre ? j'ai parfois l'impression en regardant ces films que l'on veut enfoncer le clou. Oui la guerre c'est affreux, horrible, insupportable et pour les peuples déchirés qui la subissent aussi.
Je verrai si je peux la version de Susanne Bier, pourquoi alors que je ne suis pas convaincue par celui-ci ? par curiosité cinématographique, le thème sera le même et j'avais aussi beaucoup aimé le film de cette réalisatrice Things We Lost in the Fire.
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Jim Sheridan   30/11/2010, 09:14

J'ai beaucoup mieux vu et compris ce qui me dérangeait et ne m'avait pas touchée dans le film de Jim Sheridan.
Beaucoup plus de patriotisme et des nuances, film plus froid, hiérarchie plus marquée entre le père et ses deux fils, entre les deux fils, le bon et le méchant, même entre le père et la mère (les grands parents) la mère est beaucoup plus effacée, la famille plus caricaturale. Les actes traumatisant ici paraissent plus sujets à discussion, moins de réalisme, moins de crédibilité dans les échanges entre les protagonistes, certains moments sonnent un peu faux, cliché.

Mais je trouve intéressant de voir les deux et comme déjà dit, je conseillerai plutôt de voir celui-ci en premier pour finir par le film original Susanne Bier, film plus sensible et bouleversant où l'on ressent beaucoup plus les émotions et les traumatismes de la guerre, sujet du film.

La musique des deux films n'est pas du tout la même, je n'ai pas les détails pour le moment, dans celui-ci beaucoup de titres de U2.

Il n'en reste pas moins que je vais voir d'autres films de Jim Sheridan, In American sera un des films les plus marquant, pour moi, de cette année.
Revenir en haut Aller en bas
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Jim Sheridan   5/1/2011, 14:35

Son nom, Pete Postlethwaite, ne vous dira peut-être rien, mais son visage est forcément familier. Une vraie «gueule» de cinéma, pommettes saillantes et joues creuses...

Il avait commencé sa carrière sur les planches - au grand dam de sa famille d'agriculteurs, qui aurait voulu le voir embrasser une carrière plus sûre. Dans les années 80, après quelques performances remarquées il pointe son nez sur le petit et le grand écran. Il est notamment très apprécié en mari abusif dans Distant Voices, Still Lives, en 1988. Puis il est bientôt nommé aux Oscars en 1993, pour le meilleur second rôle dans Au Nom du Père de Jim Sheridan.

C’était juste avant Usual Suspects, Les Virtuoses et Roméo + Juliette.

Pete Postlethwaite avait rejoué au théâtre, dans Le Roi Lear, quand Liverpool avait été choisie comme capitale européenne de la culture en 2008. Mais il n’avait jamais abandonné le cinéma, même après avoir été atteint par le cancer. C’est ainsi qu’il était apparu dans Inception alors que la maladie le rongeait déjà...

Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Jim Sheridan   

Revenir en haut Aller en bas
 
Jim Sheridan
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The Gretsch Drum Book (by Rob Cook with John Sheridan)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: La Galerie Art et Essai :: Cinéma-
Sauter vers: