Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Shohei Imamura

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Shohei Imamura   17/11/2010, 07:47


Shōhei Imamura,(1926 - 2006) cinéaste japonais, figure de la nouvelle vague japonaise, il fut découvert en France au début des années 1960 avec La Femme insecte (Nippon konchuki, 1963). Il reçut deux Palmes d'or au Festival de Cannes : la première en 1983 pour La Ballade de Narayama et la seconde en 1997 pour L'Anguille (Unagi), obtenu ex aequo avec Le Goût de la cerise d'.Abbas Kiarostami.

Issu d'une famille bourgeoise, il fréquente, par révolte et goût du théâtre, les milieux des petits truands et des prostitués. A partir de 1951, il travaille successivement pour Schochiku où il fut l'assistant de Yasujirō Ozu (rejetant ensuite le « style Ozu ») il travaille avec le studio concurrent, Nikkatsu, où il est assistant réalisateur. En 1958, il réalise son premier long Desir vole où s'esquisse déjà les interrogations récurrentes de son cinéma.

Les thèmes qu'ils affectionnent particulièrement sont les traditions villageoises et la réflexion sur la société japonaise comme Profond Desir des dieux (1968) et La vengeance est a moi (1979). Il s'interroge sur le traumatisme de la seconde guerre mondiale et de la présence des militaires américains sur le sol nippon dans Histoire du Japon racontee par une hotesse de bar (1970) et Pluie noire (1989). Il livre des documentaires comme En suivant ces soldats qui ne sont pas revenus (1971).

L'autre aspect important de son oeuvre, c'est la place accordée à des femmes confrontés à leur destins. En 2001, il réalise De l'eau tiède sous un pont rouge.

* 1958 : Désir volé (Nusumareta yokujo)
* 1958 : Devant la gare de Nishi-Ginza (Nishi Ginza ekimae)
* 1958 : Désir inasouvi (Hateshinaki yokubo)
* 1959 : Mon frère ainé ( Nianchan) Nianchan
* 1961 : Cochons et cuirassés (Buta to Gunka )
* 1963 : La Femme-insecte (Nippon Konchuki )
* 1964 : Désir meurtrier (Akai satsui )
* 1966 : Le Pornographe (Introduction à l'antropologie) Jinruigaku Nyumon : erogotoshitachi yori
* 1968 : L'évaporation d'un homme (Ningen Johatsu)
* 1968 : Profonds désirs des dieux (Kamigami no Fukaki Yokubo )
* 1970 : L'Histoire du Japon d'après-guerre raconté par une hôtesse de bar (Nippon Sengoshi – Mada) mu Onboro no Seikatsu
* 1971 : En suivant ces soldats qui ne sont pas revenus (Mikikanhei o Otte )
* 1972 : J'ai envie d'aller au loin ; mon Shimokita (Toku e Ikitai )
* 1972 : Les pirates de Bubuan (Bubuan no Kaizoku )
* 1973 : Karayuki-san, ces dames qui vont au loin (Karayuki-san )
* 1973 : Muhomatsu revient au pays natal (Muhomatsu Koyo ni Kaeru )
* 1975 : A la recherche des soldats perdus II (Zoku Mikikanhei o Otte ),
* 1979 : La vengeance est mienne (Fukushu Suruwa ware ni Ari )
* 1981 : Why Not? ( Eejanaika)
* 1983 : La Ballade de Narayama (Narayama Bushi-Ko)
* 1987 : Zegen, le seigneur des bordel (Zegen )
* 1989 : Pluie noire (Kuroi ame )
* 1997 : L'Anguille (Unagi )
* 1998 : Kanso Sensei (Dr Akagi)
* 2001 : De l'eau tiède sous un pont rouge (Akai Hashi no Shita no Nurui Mizu)
* 2002 : 11'09"01 (court métrage)
Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Shohei Imamura    17/11/2010, 07:48

L'anguille réalisé par Shohei Imamura, film sorti en 1997


Avec Koji Yakusho, Misa Shimizu, Fujio Tsuneta

Superbe film ! Comment ai-je pu passer à côté, je l'ignore. Il avait tout pour me plaire, le film démarre dans la passion et le sang, un thriller ? non pas exactement, la police n'aura pas à enquêter et l'histoire est centrée sur la vie du personnage principal à sa sortie de prison où la seule chose qui le préoccupe est de se faire oublier.
Une histoire au milieu de personnages humains auxquels il n'est pas difficile de s'attacher, un film qui raconte leurs histoires et qui se glissent entre ces deux images.

....

Takuro Yamashita est mis en liberté provisoire sous la responsabilité d'un bonze après avoir passé huit ans en prison pour le meurtre de sa femme. Ayant appris le métier de coiffeur au cours de sa détention, il décide de s'installer dans une friche industrielle non loin de Tokyo. Il est renfermé, ne parlant guère qu'à l'anguille qu'il a apprivoisée pendant ses années d'incarcération. Cependant, le salon, qu'il retape de ses mains, lui permettra de renouer des liens avec un groupe de petites gens alentour.

Revenir en haut Aller en bas
 
Shohei Imamura
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: La Galerie Art et Essai :: Cinéma-
Sauter vers: