Rock'n Livres, forum Musique, Arts et Littérature, est né de nos passions,

afin de partager nos coups de coeur, émotions et critiques de livres, CD, films, peintures et découvrir d'autres horizons.
 
AccueilPortailRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Philippe Le Guay

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Bernique

avatar

Messages : 699
Date d'inscription : 04/09/2009
Age : 117

MessageSujet: Philippe Le Guay   1/3/2011, 06:48


Jean Louis Joubert est un bon fils (il a repris la charge paternelle ), un bon mari (il connait chaque minute de l'emploi du temps répétitif de sa femme), un bon agent de change (il investit à long terme et refuse de boursicoter), un bon patron (ses employés le respectent), un bon père (il gagne suffisamment pour envoyer ses enfants en pension), un bon voisin ...
Bref, c'est un homme responsable dont la seule exigence est de manger son œuf coque tout les matins, parfaitement cuit (3,5 minutes).

Sa femme est une bonne épouse : elle a supporté sa belle-mère sans rechigner, elle a fait deux garçons pour assurer la descendance, elle reçoit avec élégance, elle dirige la domestique, elle fréquente les musées, joue au bridge, s'habille sur mesure et passe des journées d'une épuisante vacuité.

Tous les deux sont coincés dans une vie bourgeoise qui les a peu à peu momifiés. Coincés par les obligations, les idées reçues, la bienséance.

Tout bascule le jour ou Maria, la nouvelle bonne espagnole, entre dans leur vie ("Vous comprenez, aujourd'hui, les bonnes bretonnes ça n'est plus ce que c'était !").
Maria est une perle, elle est toujours disponible, elle habite au 6e étage de l'immeuble et cuit parfaitement les œufs à la coque.
La fraîcheur et la personnalité de Maria vont peu à peu fasciner Jean-Louis qui découvre le monde insoupçonné qui vit quelque étage au dessus de sa tête.

C'est un monde uniquement fait de femmes qui viennent travailler en France, le temps de mettre assez d'argent de côté pour retrouver leur famille en Espagne. De la vieille fille à la réfugiée politique, elles ont créé une sorte d'internationale des bonnes espagnoles, faite de solidarité,de labeur, de chaleur et de vie.

Au contact de ces femmes qui vivent dans des conditions souvent indignes, Jean-Louis, s'éveille peu à peu.

Voilà un film à voir en ces périodes moroses où certains discours nous intiment de faire attention à l'immigré(e) qui viendrait profiter du paradis ouvrier qu'est la France.
Jean-Louis et sa femme vivent dans monde étriqué, confis. Seule l'apparition d'un vent venu du sud parviendra à les rendre vraiment vivant.
Ironiquement, l'histoire se passe en pleine période de dictature franquiste que tant d'Espagnols ont tenté de combattre ... L'histoire a de ces échos !

Même si Sandrine Kiberlain m'agace toujours autant, je dois lui reconnaitre l'art d'incarner avec talent la bourgeoise coincée et un brin névrosée, élevée uniquement dans le but d'être bonne épouse et bonne mère.
Luchini, lui, joue en délicatesse l'homme qui découvre qu'il est vivant.

Des actrices espagnoles, je ne connais que la superbe Carmen Maura, actrice fétiche d'Almodovar (depuis Femmes au bord de la crise de nerfs, à Tout sur ma mère et Volver).
Elles sont toutes lumineuses.

Seul bémol : on croit difficilement aux 45 ans de Luchini, qui dans la réalité en accuse 60 !

Revenir en haut Aller en bas
Utopie
Bulleuse d'encre
avatar

Messages : 3632
Date d'inscription : 24/07/2009
Localisation : Loin

MessageSujet: Re: Philippe Le Guay   3/3/2011, 14:20

Cela me dit bien ce film ! Je vais faire attention à son passage dans le coin ou au DVD.
Dame Bernique a écrit:

Même si Sandrine Kiberlain m'agace toujours autant, je dois lui reconnaitre l'art d'incarner avec talent la bourgeoise coincée et un brin névrosée, élevée uniquement dans le but d'être bonne épouse et bonne mère.
Oh oui... moi tout pareil, en même temps je l'imagine bien dans ce type de rôle, justement enfin si j'ose dire, parce que je voudrais pas être médisante.
Citation :

Luchini, lui, joue en délicatesse l'homme qui découvre qu'il est vivant.
Ces revirements me sont toujours jubilatoires, on peut parler de naissance, ça marche à fond chez moi ces histoires là.
Citation :

Des actrices espagnoles, je ne connais que la superbe Carmen Maura, actrice fétiche d'Almodovar (depuis Femmes au bord de la crise de nerfs, à Tout sur ma mère et Volver).
Elles sont toutes lumineuses.
Humm... mais quand je vais pouvoir le voir ! L'extrait est comme ton message assez parlant et tentant !

Citation :
Seul bémol : on croit difficilement aux 45 ans de Luchini, qui dans la réalité en accuse 60 !
Faut pas pousser, il a 59 ans tongue
Revenir en haut Aller en bas
Bernique

avatar

Messages : 699
Date d'inscription : 04/09/2009
Age : 117

MessageSujet: Re: Philippe Le Guay   5/3/2011, 05:25

Utopie a écrit:
Citation :
Seul bémol : on croit difficilement aux 45 ans de Luchini, qui dans la réalité en accuse 60 !
Faut pas pousser, il a 59 ans tongue

Ben c'est 59 qui en valent 60 ! noon
Revenir en haut Aller en bas
Le Mouton Sauvage
Rockeur en méditation
avatar

Messages : 2206
Date d'inscription : 24/07/2009
Age : 45
Localisation : On The Highway To Hell

MessageSujet: Re: Philippe Le Guay   5/3/2011, 10:27

Bernique a écrit:
Utopie a écrit:
Citation :
Seul bémol : on croit difficilement aux 45 ans de Luchini, qui dans la réalité en accuse 60 !
Faut pas pousser, il a 59 ans tongue

Ben c'est 59 qui en valent 60 ! noon

De toute façon, à partir de 53 ans, on passe de l'autre côté... Non ?

dehors
Revenir en haut Aller en bas
http://leranchsansnom.free.fr/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Philippe Le Guay   

Revenir en haut Aller en bas
 
Philippe Le Guay
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Philippe SCHOELLER (1957-)
» Philippe Manoeuvre sans lunettes !
» Philippe Jaroussky
» Philippe Robin
» Philippe khorsan est mort

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Rock'n Livres :: La Galerie Art et Essai :: Cinéma-
Sauter vers: